BFMTV

François Baroin, le mieux placé pour devenir l'homme fort de la droite 

François Baroin apparaît de plus en plus comme un recours pour sa famille politique. Dans le JDD ce dimanche, le maire de Troyes évoque à haute voix la présidentielle, tout en posant de nombreuses conditions. Notre éditorialiste politique Christophe Barbier analyse sa situation politique.

François Baroin est un homme discret. Présent dans le paysage de la droite depuis bientôt 30 ans sans jamais en avoir été le leader, maire de Troyes et président de l'Association des Maires de France, il en est pourtant l'un des personnages les plus puissants. Au point de finir par s'imposer au sein d'une droite sinistrée et de la conduire lors de la prochaine présidentielle?

L'enfant chéri de la chiraquie en a exploré la possibilité dans le dernier JDD ce dimanche.

"Si on reste dans un casting de figurants comme c'est le cas aujourd'hui pour ma famille politique, vous ne me verrez pas. Pas davantage si c'est un casting de seconds rôles. Je ne sais pas s'il sera possible, en moins de trois ans, de remonter à un casting de premiers rôles, c'est-à-dire de jouer la finale", lâche-t-il. 

Continuant à poser ses conditions, il ajoute:

"Si Macron ne se représente pas, ça change tout… En revanche, si Macron fait le job, je n'irai pas. Et si 'Jean-Mi' (Jean-Michel Blanquer est l'un de ses plus proches amis) prend des responsabilités, non plus."

L'envie d'avoir envie

Pour Christophe Barbier, notre éditorialiste politique, ces déclarations sont un jalon posé à mi-mandat, au cas où. Car pour être candidat à la présidentielle, il faut d'abord être tenaillé par l'envie:

"Il faut une telle détermination pour se jeter dans cette bataille. Ça doit devenir 150% de votre vie, vous devez tout sacrifier. Sans doute ferait-il un bon président, sans doute aurait-il ses chances dans un deuxième tour. Encore faut-il y arriver. A lui de prouver qu’il en aurait la foi". 

Les atouts de Baroin 

Pour autant, François Baroin dispose de nombreux atouts, selon lui, pour devenir l'homme fort de la droite.

"C’est peut-être le mieux placé car c’est le mieux planqué. Les autres, Bertrand, Pécresse, ils ont devant eux une élection très difficile: les Régionales en 2021. François Baroin, lui, n’a aucun rendez-vous électoral périlleux. S’il veut faire un cinquième, ou sixième mandat de maire de Troyes, ce sera sans aucun souci, et à la tête des maires de France, il ne sera pas contesté", souligne Christophe Barbier. 

Idéologiquement, l'Aubois tient de surcroît la bonne formule. 

"Par ailleurs, il est au centre de gravité de la droite actuellement. Il est chiraquien sans conteste, il est sarkozyste. Il n’est pas juppéiste mais ça tombe bien, les juppéistes sont partis chez Macron. Et l’homme des territoires correspond à ce que la droite aspire à être en ce moment. Il est très, très bien placé", analyse-t-il.

Une position centrale qui s'appuie également sur un CV presque sans égal à droite:

"Il est expérimenté sans être usé. 26 ans d’expérience de député, trois ans comme sénateur, cinq postes de ministre alors qu’il n’est que quinquagénaire."
Robin Verner