BFMTV

NKM propose une candidature "d’apaisement"

BFMTV
Lancée dans la course à la présidence de l’UMP, l’ancienne ministre de l’Ecologie souhaite sortir de la "bataille de personnes". Mais elle doit encore trouver 8.000 signatures pour valider sa candidature.

NKM se lance dans la course à la présidence de l’UMP. L’ancienne ministre et porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy a annoncé samedi sa candidature à la tête du parti après avoir fait le tour des fédérations UMP. Elle a accordé une interview à la presse régionale dans laquelle elle affirme qu’elle va désormais partir à la quête des signatures d’adhérents. NKM a besoin de 8.000 signatures.

C’est la première femme à se lancer dans la course à la présidence de l’UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne ministre de l’Ecologie, souhaite incarner "une troisième voie", face au duel annoncé entre Jean-François Copé et François Fillon.

Une candidature, selon elle, "d’apaisement" pour éviter une guerre des chefs à la tête du parti. "Nos militants sont dans un grand désarroi face à ce qui apparaît comme une bataille de personnes. Ils attendent quelque chose qui soit plus tourné vers les idées et moins vers la présidentielle de 2017 qui n’est pas leur actualité", insiste la candidate.

2017 n'est pas encore d'actualité

La présidentielle de 2017, elle aussi y pense, mais elle affirme ne pas être "obsessionnelle" sur le sujet. Prochaine étape pour cette ancienne figure de la Sarkozie : la quête des signatures des adhérents UMP dès la semaine prochaine. Il lui en faut près de 8.000 pour valider sa candidature à la présidence du parti. NKM affirme avoir déjà créé son propre mouvement. "La France droite" pour soutenir son projet et sa ligne politique.

"Pour moi c’est simple: sans compromission vis-à-vis du FN et sans concession avec le PS. C’est comme ça qu’on reconstruira la droite", affirme-elle.

Mais NKM est loin d’être seule en lice pour les primaires de l’UMP qui se dérouleront en novembre prochain. Outre Jean-François Copé et François Fillon, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Christian Estrosi ou encore Rachida Dati se montrent très intéressés et pourraient, eux aussi, déclarer leur candidature.