BFMTV

Nice: Estrosi, un premier adjoint qu'on ne prend pas de haut

Christian Estrosi à Paris le 9 septembre 2016.

Christian Estrosi à Paris le 9 septembre 2016. - François Nascimbeni - AFP

Christian Estrosi, désormais premier adjoint de Nice, aurait fait rabaisser le bureau du nouveau maire au conseil municipal, autrefois surélevé.

Christian Estrosi a-t-il fait rabaisser le bureau de son successeur à la mairie de Nice, Philippe Pradal? C'est Nice-Matin qui a repéré la différence: du temps où Christian Estrosi dirigeait la municipalité, son bureau était surélevé par rapport à celui de ses adjoints. Devenu premier adjoint pour éviter le cumul des mandats, il a été vu assis à côté du nouveau maire… cette fois au même niveau.

Que s'est-il passé? Selon Nice-Matin, le changement a été opéré entre le conseil municipal du 5 février et la séance du 1er avril, soit avant la passation de pouvoir entre les deux hommes, qui a eu lieu en juin.

"Personne n'a présenté d'excuses"

Sur Franceinfo, Christian Estrosi a justifié le réhaussement de son bureau lorsqu'il était maire par la présence derrière lui de collaborateurs, pour leur permettre de voir le reste de la salle. Mais l'ancien maire a également affirmé que "Nice-Matin s'est excusé".

Sauf qu'à la rédaction du quotidien local, interrogée par le Lab, on affirme n'avoir "publié aucune excuse et on ne le fera pas pour la simple et bonne raison que cette histoire de bureau est factuellement vraie", se défend le chef de l'édition de Nice. "Personne n'a présenté d'excuses et d'ailleurs, du côté de la mairie non plus, personne n'a contesté quoi que ce soit, du moins officiellement". Contacté par Nice-Matin, Christian Estrosi a reconnu que l'expression "excuse" n'était "pas adaptée".

A. K.