BFMTV

Luc Chatel arrête la politique et torpille une "droite recroquevillée" 

Luc Chatel le 09 mai 2017

Luc Chatel le 09 mai 2017 - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Luc Chatel a annoncé sa démission sur Twitter, mais a également donné une interview au Point pour expliquer son choix d'arrêter la politique.

L'ancien ministre de l'éducation nationale sous Nicolas Sarkozy, Luc Chatel, annonce sa démission sur Twitter, quittant la présidence du Conseil national des Républicains. Pris d'un "besoin d'oxygénation", il s'en explique dans une interview au Point.

"Le mal est très profond"

Ancien DRH de L'Oréal où il a passé douze ans, Luc Chatel avoue que "la politique a besoin d'être beaucoup plus en phase avec ce que j'appellerai « la vraie vie". Désormais, pour lui, "les carrières politiques à vie, c'est fini" et il assure également qu'il savait qu'il retournerait vers le monde de l'entreprise. 

La dernière présidentielle a été décisive dans son choix. Sur la défaite de son parti à l'élection présidentielle, il explique que "si la droite a perdu c'est parce qu'elle s'est asséchée, recroquevillée. Aujourd'hui, la pensée de la droite m'inquiète. Elle semble avoir perdu sa boussole", ajoutant que "le mal est très profond", évoquant une droite "qui a du mal à se renouveler".

"La droite n'a jamais gagné en épousant le discours de l'extrême gauche" 

À propos de la nouvelle politique adoptée par la droite, l'ancien ministre réagit vivement: "Quand j'entends certains élus LR opposer systématiquement les élites au peuple ou clamer que le libre-échange écrase nos paysans ou nos ouvriers, je m'étrangle! La droite n'a jamais gagné en épousant le discours de l'extrême gauche". 

Concernant sa nouvelle vie, Luc Chatel dit avoir "rejoint un fonds d'investissement qui s'appelle Ekkio capital et qui aide des PME à se développer", notamment dans les domaines de la santé et du tourisme-loisir. 

S.Z