BFMTV

Leonarda: Dati accuse Hollande de "violer la Constitution"

Rachida Dati juge le retour de Leonarda en France "impossible légalement".

Rachida Dati juge le retour de Leonarda en France "impossible légalement". - -

L'ancienne Garde des Sceaux estime que le Président de la République a "violé la Constitution" en proposant à Leonarda de revenir en France seule si elle en fait la demande.

L'affaire Leonarda agite l'ensemble de la sphère politique. Ce dimanche, c'était au tour de Rachida Dati de réagir sur l'expulsion de la collégienne kosovare le 9 octobre. L'ancienne ministre de la Justice a accusé François Hollande de "violer la Constitution" en proposant le retour sur le sol français de la Leonarda Dibrani seule.

Invitée dans l'émission le "12/13" sur France 3, Rachida Dati a estimé que "cette affaire révèle non seulement les contradictions mais aussi l'incompétence extrêmement dangereuse de ce gouvernement qui remet en cause l'Etat de droit et le respect de la loi."

"Le retour est impossible légalement"

Selon l'ancienne Garde des Sceaux, "le pire c'est de dire que Leonarda peut revenir, à la charge de la France et y faire sa scolarité. Mais sur quels principes? Le président de la République viole la Constitution en disant cela" a interrogé l'eurodéputée et maire du VIIe arrondissement de Paris. Et de poursuivre: "Comment un président de la République peut-il défaire ce qui a été décidé par des magistrats? Sur quelles bases juridiques elle va revenir? Le retour est impossible légalement".

"Si ceux qui respectent la loi et ceux qui ne la respectent pas ont les mêmes droits, c'est ça le terreau de la haine et du racisme" a t-elle assené.

"La gauche fait monter le FN"

Interrogée, par ailleurs, sur l'attitude de l'UMP vis-à-vis du FN, Rachida Dati a assuré que "ceux qui font monter le Front national, et la haine et le racisme dans notre pays, c'est la gauche".

"La gauche aujourd'hui donne tous les ingrédients pour écoeurer les Français", a-t-elle aussi affirmé, s'emparant du cas des salariés en lutte d'une imprimerie de Marcq-en-Baroeul dans le Nord.

"Est-ce que cette gauche peut s'occuper de ces ouvriers qui veulent sauver leur emploi et leur entreprise? La gauche les a oubliés, c'est ça qui fait monter le Front national", a-t-elle conclu.

Saber Desfarges avec AFP