BFMTV

Le Maire tape sur Sarkozy qui "fricote avec les gens du Qatar"

En habitué des lieux, Nicolas Sarkozy est à l'aise dans les tribunes du Parc des Princes, ici entre le président du PSG et celui de Lyon.

En habitué des lieux, Nicolas Sarkozy est à l'aise dans les tribunes du Parc des Princes, ici entre le président du PSG et celui de Lyon. - Kenzo Tribouillard

Bruno Le Maire ne comprend pas ce que faisait à l'anniversaire de Nicolas Sarkozy le président du PSG Nasser al-Khelaïfi. Il assure aussi que "les gens ne veulent plus" de Nicolas Sarkozy. 

Désavoué par son camp sur la position à adopter avant le second tour de la partielle du Doubs, Nicolas Sarkozy est aussi critiqué pour ses amitiés au sein de l'UMP. Ainsi, rapporte Le Canard enchaîné mercredi, Bruno Le Maire s'est étonné de la présence de Nasser al-Khelaïfi, le président du PSG, à la fête d'anniversaire donnée pour les 60 ans du président de l'UMP. "C'est quand même étrange que le patron du PSG ait été présent à son anniversaire. Il faudrait que Sarko arrête de fricoter avec les gens du Qatar", aurait lâché Bruno Le Maire devant certains de ses collègues, raconte l'hebdomadaire.

Une présence qui n'a rien d'étonnante puisque Nicolas Sarkozy est un habitué du Parc des princes, le stade du PSG et de sa corbeille VIP.

"Les gens ne veulent plus de lui"

Bruno Le Maire s'est lancé dans une fronde anti-Qatar, rappelle Le Figaro. Partisan d'une refonte des liens diplomatiques entre la France et l'émirat, le député de l'Eure avait demandé au Qatar de "la transparence" face aux liens supposés qu'entretiendrait la monarchie avec des organisations terroristes. 

Mais la fronde contre le Qatar est surtout une fronde contre Nicolas Sarkozy. "Partout sur le terrain, c'est le même message: la mayonnaise Sarkozy ne prend pas. Les gens ne veulent plus de lui", répète Bruno Le Maire.

Une petite musique qui semble s'installer de plus en plus. Mercredi, la presse fustige le "non-leadership" de l'ancien président de la République et son influence en perdition sur sa propre famille politique qu'il a pourtant promis de rassembler.

S.A.