BFMTV

Laurent Wauquiez remet en cause le principe du droit du sol

Le président des Républicains veut que les enfants nés en France de parents étrangers en situation irrégulière ne puissent bénéficier du droit du sol.

Le président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez a remis en cause ce mercredi matin le principe du droit du sol sur RTL

"La première proposition que je souhaite porter à l'échelle de la France, (...) c'est que si les parents sont de façon irrégulière en France, ça ne peut pas conduire au droit du sol", a-t-il déclaré. 

Le chef de file des Républicains a pris l'exemple de Mayotte, où il affirme que "des immigrés clandestins (...) rentrent en France en se disant 'si mes enfants naissent en France, ils auront la nationalité'". "Oui je remets en cause le droit du sol, je considère aujourd'hui qu'il est détourné", a-t-il martelé.

"Un enfant né en France de parents étrangers peut acquérir la nationalité française", affirme l'administration française. Cette acquisition se fait toutefois sous certaines conditions, notamment depuis combien d'années l'enfant vit en France s'il n'est pas encore majeur. 

"Je souhaite qu'il puisse y avoir un référendum"

Pour le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la situation qu'il décrit à Mayotte "a abouti à encourager l'immigration irrégulière et à un détournement de nos règles du droit du sol". 

"Je souhaite qu'on ne donne plus la nationalité à des délinquants qui ont été condamnés à une peine de prison", a poursuivi l'ancien ministre. Une personne souhaitant être naturalisée ne doit déjà pas "avoir fait l'objet de condamnation empêchant l'acquisition de la nationalité française". "Il n'y a aucune automaticité et c'est très peu appliqué", affirme Laurent Wauquiez. 

"Je veux que les Français puissent avoir un choix. (...) Je souhaite qu'il puisse y avoir un référendum sur ces questions (d'immigration)", a-t-il lancé, affirmant que "depuis 30 ans, (...) jamais on n'a consulté les Français sur ce qu'ils souhaitaient". 

En guise de question à soumettre au référendum, le chef de file des Républicains a suggéré: "Est-ce que vous souhaitez que la France se dote de lois permettant de réduire au minimum l'immigration?". 

"Je suis en train d'essayer de rebâtir une nouvelle droite, avec une nouvelle génération, je crois qu'on a besoin d'être capables d'avoir une politique ferme sur ces sujets", a-t-il estimé. 

L.A.