BFMTV

François Baroin: "Edouard Philippe a fait un choix qui ne résume pas le nôtre"

François Baroin mardi matin sur BFMTV et RMC

François Baroin mardi matin sur BFMTV et RMC - BFMTV

François Baroin, sénateur-maire Les Républicains (LR) de Troyes et chef de file des Républicains pour les législatives, était ce mardi matin matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et RMC, François Baroin est convaincu que les Français "vont décider de la recomposition" aux législatives. Edouard Philippe, le nouveau Premier ministre "a fait un choix qui ne représente pas l'analyse qui est la nôtre", ajoute-t-il. François Baroin est-il prêt malgré tout à travailler avec Emmanuel Macron? "Lorsque la représentation nationale aura été formée, on regardera s'il y a une majorité absolue ou relative (pour La République en marche, NDLR). Si c'est une majorité relative, on se mettra autour de la table". 

"Ce que propose Emmanuel Macron, c'est du dynamitage, ce n'est pas une recomposition politique", juge-t-il. François Baroin l'assure toutefois: "Nous n'allons pas nous confronter au président de la République, il a des missions fortes, et nous savons discuter. (...) Tout Français sincère souhaite la réussite de ce quinquennat, parce que ce sera la réussite de la France. (...) Le fait d'avoir un jeune Président est probablement une très belle image pour notre pays". Mais Edouard Philippe "a fait un choix que je conteste", insiste-t-il. "Il se retrouve aujourd'hui avec une mission particulière qui est un gouvernement provisoire pendant quatre semaines, dont le seul objectif sera d'aller soutenir les candidats qu'il ne connaît pas, qu'il n'a pas choisis, plutôt venus de la gauche, et pour défendre un projet qu'il a combattu. C'est un exercice intellectuellement difficile. Il lui appartiendra de résoudre cet élément de schizophrénie".

François Baroin se dit "satisfait que les Français ne se soient pas jetés à corps perdu et à bras ouverts dans une aventure populiste, extrémiste, qui aurait entraîné le chaos et la violence dans notre pays. Le Front national est en grande difficulté".

Les Républicains qui soutiennent le mouvement d'Emmanuel Macron seront-ils exclus de leur parti? "La question ne se pose pas", tranche François Baroin. "C'est un choix. Ils sont partis, on constate le départ, on le regrette. On ne rentre pas dans ce débat, c'est déjà derrière", autrement dit, les membres de LR se sont exclus eux-mêmes du parti.

A.L.M.