BFMTV

Au Conseil national Les Républicains, Sarkozy face aux absents

Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet n'assisteront pas au discours de Nicolas Sarkozy samedi.

Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet n'assisteront pas au discours de Nicolas Sarkozy samedi. - Dominique Faget - AFP

Les responsables du parti se réunissent ce samedi pour entériner les listes des élections régionales. Mais une partie des poids lourds de la formation bouderont le discours de clôture de Nicolas Sarkozy.

Pas de photo de famille pour Nicolas Sarkozy samedi. Des ténors du parti sécheront le discours du chef des Républicains, lors du conseil national du parti à la Maison de la Mutualité. Alain Juppé, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire n’iront pas applaudir leur président à la clôture de la réunion.

Alain Juppé s’est dispensé de réunion pour cause… de match de rugby. Le maire de Bordeaux est en visite officielle en Corrèze. A cette occasion, il doit aller soutenir Bordeaux-Bègle qui affronte Brive samedi. Il se rendra également à la Foire du livre, rapporte L’Opinion.

François Fillon sera encore plus loin de Paris. L’ancien Premier ministre devait s’envoler vendredi soir pour La Réunion, où il doit aller soutenir le candidat Les Républicains aux régionales. "Les régionales priment, il est plus utile d’être sur le terrain qu’à Paris", indiquait jeudi François Fillon à l’AFP. 

NKM et Le Maire font acte de présence

Certains feront malgré tout le service minimum, comme Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle doit en effet intervenir à l’ouverture du Conseil national, tout comme Jean-Pierre Raffarin et Christian Estrosi. Mais la vice-présidente du parti Les Républicains s’envolera ensuite pour le Liban, où elle doit visiter des camps de réfugiés.

Bruno Le Maire fera lui aussi un passage éclair au Conseil national avant de se rendre au salon du Made in France à Paris. "Cela ne sert à rien d’être tous là, à écouter le chef le doigt sur la couture du pantalon", rapporte au Monde un proche du député de l’Eure.

A un mois du premier tour des régionales, en coulisse on s’agace de ces absences. "Ca commence à être ridicule. Ils étaient absents pour le discours de Sarkozy à La Baule puis au Touquet. Ils sont indisponibles pour les 'Journées de travail' du parti. C’est systématique. Ca finit par ressembler à un boycott", fulmine un membre de l’équipe dirigeante. Si l'unité ne sera pas affichée samedi après-midi, Nicolas Sarkozy pourra au moins en tirer un avantage. Il n'aura pas à faire face à ceux qui depuis plusieurs mois n'hésitent plus à s'opposer à lui. 

C. B