BFMTV

Leonarda Dibrani: "J'ai envie de revenir en France pour remercier ceux qui m'ont aidée"

En 2013, Leonarda Dibrani, une collégienne rom de 15 ans, était expulsée avec sa famille lors d'une sortie scolaire. L'affaire a marqué le quinquennat de François Hollande, qui lui avait proposé de rester en France sans sa famille. La jeune fille vit aujourd'hui en Croatie, où BFMTV a pris de ses nouvelles.

Elle a marqué le quinquennat de François Hollande. Leonarda Dibrani, une jeune fille rom de 15 ans, était expulsée de France en 2013 lors d'une sortie scolaire. Une mesure qui avait marqué l'opinion publique et provoqué un tollé, poussant le président de la République à lui proposer de revenir en France pour y poursuivre ses études, mais sans sa famille. Leonarda avait refusé sa proposition catégoriquement, en direct à la télévision.

Plus de trois ans plus tard, et alors que le quinquennat de François Hollande touche à sa fin, elle est désormais installée en Croatie avec ses proches. BFMTV l'a retrouvée.

"Je peux venir en France quand je veux"

Contactée via Skype, la jeune fille explique avoir passé plusieurs mois au Kosovo, le pays d'origine de sa famille, après son expulsion de la France. "Il s'est passé beaucoup de choses" depuis, explique-t-elle. Elle décrit une vie "assez difficile" en Croatie, alors que la famille Dibrani, installée à quelques kilomètres de Zagreb, la capitale, vit sans électricité, donc sans eau chaude, ni chauffage. Tous logent dans une pièce d'une vingtaine de mètres carré avec le strict minimum, mais pas l'essentiel. "Quand je dois prendre un bain je dois aller chez une copine", explique la jeune fille, qui dit ne pas travailler et ne pas aller à l'école. 

Agée de 18 ans, Leonarda Dibrani a maintenant la nationalité croate. Grâce à son passeport, elle est donc citoyenne européenne et bénéficie de la libre-circulation. "J’ai envie de venir en France pour remercier les gens qui m’ont aidée quand j’avais beaucoup de problèmes", raconte-t-elle avec enthousiasme. Un déplacement qu'elle souhaite faire dès qu'elle le pourra. "Je peux venir en France quand je veux!", se félicite-t-elle. 

C.V. avec Salhia Brakhlia et Etienne Grelet