BFMTV

Le plan pauvreté présenté "en septembre" et mis en oeuvre "en 2019"

Emmanuel Macron à Versailles

Emmanuel Macron à Versailles - BFMTV

Emmanuel Macron s'exprimait ce lundi après-midi devant les parlementaires réunis en congrès au château de Versailles. Il a déclaré que l'annonce du plan pauvreté, dont le report a suscité la polémique, serait faite en septembre.

Le plan pauvreté, reporté à la rentrée par le gouvernement, sera présenté "en septembre" et mis en oeuvre "en 2019", a confirmé lundi Emmanuel Macron, en promettant "un accompagnement réel vers l'activité" pour les personnes "les plus fragiles". "La stratégie de lutte contre la pauvreté sera présentée en septembre et mise en oeuvre en 2019, construite avec l'ensemble des acteurs", a déclaré le chef de l'Etat devant le Congrès réuni à Versailles.

"Pas de nouvelles aides"

"Elle ne se contentera pas de proposer une politique de redistribution classique, mais une politique d'investissement et d'accompagnement social. Non pas de nouvelles aides, en solde de tout compte, mais un accompagnement réel vers l'activité", a-t-il ajouté. La présentation du plan pauvreté, issu d'une concertation lancée en grande pompe fin 2017, devait initialement être présenté le 10 juillet. Il a été reporté la semaine dernière à la rentrée, suscitant la déception et les critiques des associations.

Interrogé sur les raisons de ce report, le gouvernement a invoqué la "concertation importante avec l'ensemble du monde associatif", et le fait que "c'est aussi un sujet de discussion avec les départements, qui ont un rôle important à jouer sur les questions de RSA, d'aide sociale à l'enfance". "La solidarité nationale se traduit dans l'aide que nous devons de manière inconditionnelle aux plus fragiles", a déclaré de son côté Emmanuel Macron, insistant à plusieurs reprises dans son discours sur la notion de "justice".

"Je veux une stratégie de lutte contre la pauvreté qui ne permette pas à nos concitoyens pauvres de vivre mieux, mais bien de sortir de la pauvreté une bonne fois pour toute", a-t-il ajouté.

R.V. avec AFP