BFMTV

Le nouveau dérapage d'Agnès Thill sur la PMA

Agnès Thill, députée LaREM de l'Oise (photo d'illustration)

Agnès Thill, députée LaREM de l'Oise (photo d'illustration) - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

La députée LaREM s'est de nouveau exprimé contre la PMA provoquant de vives critiques au sein de LaREM.

La députée LaREM Agnès Thill, connue pour ses positions virulentes contre la PMA, a de nouveau provoqué la polémique samedi. Après avoir dénoncé un "puissant lobby LGBT" à l'Assemblée, comparé la "souffrance des femmes seules" qui veulent bénéficier de la PMA à des "drogués", Agnès Thill s'est de nouveau exprimé contre le dispositif sur son compte Twitter. 

La députée est revenue sur le "principe de précaution" souhaité par le gouvernement sur la question des risques sanitaires des couches pour bébé. Le 23 janvier dernier, l'Anses a publié un rapport mettant en avant un dépassement des "seuils sanitaires pour un certain nombre de substances" présentes dans les couches. Si le risque sur la santé des enfants n'a pas été avéré, le gouvernement a sommé, par principe de précaution, les fabricants et les distributeurs à prendre des engagements pour les éliminer. 

"C'est parfait ce principe de précaution. Le principe de précaution vaut pour tout, je m'en réjouis. Et si on le faisait aussi valoir pour la PMA tant qu'on n'est pas sûrs que naître sans père est mieux pour l'enfant?", s'est ainsi interrogée la députée sur Twitter.

De vives réactions au sein de LaREM

Les propos ont provoqué de nombreuses réactions au sein de LaREM. Plusieurs membres y voient en effet une insulte aux familles monoparentales et homoparentales. "Chère Agnès, rien ne justifie d'insulter des milliers de familles homoparentales ou monoparentales. Rien. Jamais", a ainsi déclaré Aurore Bergé, députée des Yvelines. "Du bon usage du principe de précaution: partir peut-être?...", a quant à lui, commenté le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Cyrielle Cabot