BFMTV

Le ministre de l'Agriculture met en garde: "la guerre conte la peste porcine n'est pas gagnée"

Un panneau d'interdiction, le 22 septembre dernier à Saint-Léger-Les-Mélèzes

Un panneau d'interdiction, le 22 septembre dernier à Saint-Léger-Les-Mélèzes - JEAN-LUC FLEMAL / BELGA / AFP

Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, a déclaré ce vendredi que si la France allait dans la bonne direction, la guerre contre la peste porcine africaine n'était néanmoins pas encore gagnée.

Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a déclaré, ce vendredi, que la guerre contre la peste porcine africaine, qui frappe la Belgique et fait des ravages en Chine, n'était pas gagnée, mais que la France allait dans la bonne direction. 

"Cette guerre n'est pas gagnée, je veux que nous en soyons tous conscients, mais nous avons fait un bon pas", a déclaré le ministre devant les éleveurs et représentants de la Fédération nationale porcine réunis en congrès dans les Côtes-d'Armor, premier département français producteur de porc.

"Il ne faut pas baisser la garde, et aujourd'hui on baisse trop la garde. La garde, les Belges la baissent. Les sangliers se rapprochent et on doit remobiliser nos amis chasseurs en Meurthe-et-Moselle", a indiqué Didier Guillaume, rappelant que 700 sangliers avaient été contrôlés positifs à cette maladie en Belgique.

Une maladie hémorragique virale

La peste porcine africaine est une maladie hémorragique virale dont le taux de mortalité est proche de 100%, mais qui n'est pas transmissible à l'homme.

Elle se propage notamment via les sangliers et la faune sauvage, privant le pays où elle est détectée de son "statut indemne", ce qui empêche quasi-automatiquement l'exportation de viande de porc.

"Évidemment il ne faudrait pas avoir un seul cas en France", a ajouté le ministre, qui travaille parallèlement avec les autorités bruxelloises pour obtenir une "régionalisation", c'est-à-dire faire en sorte que si un sanglier contaminé était retrouvé dans un département, cela ne bloque pas les exportations de produits porcins issus d'autres régions, notamment vers la Chine.

Aude Solente avec AFP