BFMTV

Le leurre de la coalition nationale

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC.

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC. - -

Quatre Français sur cinq sont pour un gouvernement d'union nationale, selon un sondage. Pourquoi gauche et droite ne seraient-ils pas capables de s'unir pour affronter la crise ?

Qu'est-ce qu'on entend par gouvernement d'union nationale ? Un gouvernement avec des personnalités du centre et de droite ? L'ouverture façon Hollande ? Quand Nicolas Sarkozy l'a fait, les ministres n'ont eu aucune marge de manœuvre, ils étaient des prises de guerre à gauche, otages d'un gouvernement de droite, à part Eric Besson qui a pris sa carte à l'UMP. Alors ça peut être quoi d'autre ? Une cohabitation ? Ce n'est pas ce que souhaite le chef de l'Etat. L'union nationale, c'est un doux rêve sous la 5eme République. Avec notre constitution, les pouvoirs sont concentrés entre les mains du président qui a en plus en ce moment la majorité à l'Assemblée nationale, au Sénat, dans les régions. Pourquoi s'embêterait-il à faire alliance avec des ministres qui ne sont pas de sa majorité ? Aucun intérêt ! Sous la 5eme République, il n'y a qu'un patron, le président, et les membres du gouvernement ne doivent en principe pas bouger une oreille.

Des politiques comme François Fillon et François Bayrou réclament pourtant ce gouvernement d'union nationale. Ils ont de l'expérience politique !

François Bayrou cherche à rebondir, il n'a plus aucun mandat. Pourquoi François Hollande en ferait-il un Premier ministre ? Le centre ne pèse pas grand-chose. Quant à François Fillon, c'est une élégante vacherie pour souligner que le gouvernement est nul et qu'il peut les aider un peu. La seule idée qui vaille, mais qui ne tient pas le coup, c'est la création d'un comité de salut public. L'idée: la France va dans le mur, 80% de l'UMP et 50% du PS tendance social-démocrate partagent la même envie de mener des réformes économiques et sociales, donc ils unissent leurs forces. Mais franchement, est-ce que vous imaginez François Hollande renier ce qu'il a fait depuis un an ? Et puis prenons un exemple, un nouveau ministre des Finances avec un profil social-libéral : ses mesures n'auraient aucune chance de passer à l'assemblée marquée à gauche. L'union nationale, c'est un leurre pour masquer les échecs de ce gouvernement.

Il y a pourtant des pays où on est capable de bâtir un gouvernement d'union nationale, comme l'Italie.

L'Italie, oui, mais cette alliance entre les démocrates et le parti de Berlusconi se fait sur le dos de Beppe Grillo et de ses huit millions d'électeurs. Et c'est surtout la moins pire des solutions parce que l'Italie est ingouvernable. Mais les italiens ont un régime parlementaire à la proportionnelle intégrale. Il y a des pays en Europe du nord ou le consensus est très fort pour mener des réformes sociales. Des coalitions sont possibles. Chez nous, il suffit de voir les crispations sur le mariage pour tous ! En France il n'y a pas de consensus, sur aucun sujet.

Alors nous sommes condamnés à rester avec notre 5eme République, avec la gauche et la droite qui se tire dans les pattes ?

C'est la France. Des socialistes rêvent d'une 6eme République, mais ce n'est qu'un retour à la 4eme avec un régime de partis. Pour remettre en mouvement une France crispée, il faut arrêter de rêver, il ne faut pas une union nationale, il faut que les politiques aient du courage. Et ce serait bien si cette vertu était nationalement partagée.

Ecoutez ici le Parti Pris de Véronique Jacquier de ce lundi 29 avril.

Véronique Jacquier