BFMTV

Le bonus 2010 un peu étendu pour soutenir l'automobile

Le bonus écologique 2010 s'appliquera aux automobiles commandées avant le 31 décembre et non seulement à celles livrées à cette date. Cette mesure, qui coûtera au moins 50 millions d'euros à l'Etat, vise à soutenir un marché automobile en baisse après une

Le bonus écologique 2010 s'appliquera aux automobiles commandées avant le 31 décembre et non seulement à celles livrées à cette date. Cette mesure, qui coûtera au moins 50 millions d'euros à l'Etat, vise à soutenir un marché automobile en baisse après une - -

Le bonus écologique 2010 s'appliquera aux automobiles commandées avant le 31 décembre et non seulement à celles livrées à cette date, a annoncé mercredi le ministre de l'Industrie, Eric Besson.

Cette mesure, qui coûtera au moins 50 millions d'euros à l'Etat, vise à soutenir un marché automobile en baisse après une bonne année 2009, alors que la prime à la casse touche à sa fin. "Actuellement, c'est la date de livraison qui compte, nous avons décidé que ce serait désormais la date de commande", a déclaré Eric Besson sur RTL.

Les modalités du bonus écologique seront moins avantageuses l'an prochain.

C'est "un coup de pouce, une bonne nouvelle pour les automobilistes qui vont acheter une voiture. Ca veut dire pour les Français que le fait d'acheter sa voiture avant le 31 décembre permettra de bénéficier du bonus le plus avantageux, c'est à dire aux conditions de 2010", a ajouté Eric Besson.

Le coût de la mesure "est au moins 50 millions d'euros", a-t-il précisé.

Le dispositif du bonus-malus lié aux émissions de CO2 coûte cher à l'Etat, les bonus versés aux acheteurs étant estimés à 750 millions d'euros par an alors que le malus en rapporte environ 250 millions.

La baisse des immatriculations de voitures neuves en France s'est accélérée en octobre pour atteindre 18,7% sur un an selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), à 171.449 unités.

Sur les dix premiers mois de 2010, les immatriculations ont baissé de 1,4% en données brutes et de 1,9% à nombre de jours ouvrables comparables par rapport à 2009.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Angrand