BFMTV

Laurent Wauquiez veut rester à la tête du parti "Les Républicains"

Luarent Wauquiez en octobre 2016

Luarent Wauquiez en octobre 2016 - THIERRY ZOCCOLAN - AFP

Alors que la primaire de la droite et du centre prend fin ce dimanche soir à l'issue du second tour du scrutin, le président du parti "Les Républicains" pense déjà à son avenir. Il veut conserver les rênes du mouvement.

Depuis la fin du mois d'août et le lancement de la campagne de Nicolas Sarkozy dans la campagne de la primaire de la droite et du centre, Laurent Wauquiez est président par intérim du parti "Les Républicains". Et celui qui est également président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes se voit bien y rester comme il le confie ce dimanche au JDD

"J'aime ce que je fais. Un parti, c'est très beau. Voir des gens d'horizons très différents unis par la même vision de la France, c'est profondément touchant. Mais ma force, c'est ma liberté. Je ne cherche pas de poste gouvernemental en 2017. Je ne suis pas là pour faire des petites négociations d'arrière-boutique".

"Une lourde responsabilité"

Le message est donc passé au futur vainqueur de la primaire de la droite et du centre si ce dernier se révèle aussi, au printemps prochain, le gagnant de l'élection présidentielle. Laurent Wauquiez soutient François Fillon dans ce second tour après la défaite de Nicolas Sarkozy au premier.

Mais il prévient le candidat que sa famille politique désignera dans quelques heures: "Le candidat qui sera élu aura donc une lourde responsabilité : celle de réussir l'unité. Je serai à ses côtés dans ce travail de rassemblement, mais il faudra faire des gestes : à l'égard de son adversaire du second tour et à l'égard des électeurs qui ont soutenu Nicolas Sarkozy." 

Il rend d'ailleurs hommage à l'ancien président de la République: "Il y a peu de gens qui ont marqué d'une empreinte aussi forte la vie politique française que Nicolas Sarkozy. (...) Il a permis à ma génération d'assumer ses valeurs. C'est un apport fondamental et je resterai fidèle à cet héritage."

R.V. avec AFP