BFMTV

La police "raciste", "violente"? Pour Bergé, "on ne peut pas accepter de laisser dire ce genre de choses"

La députée LaREM dénonce une "bien-pensance" qui selon elle consisterait à dire que l'on déteste la police.

Dans un contexte de tensions à l'égard des forces de l'ordre, alors que des manifestations contre le racisme et les violences policières se tiennent depuis plusieurs semaines, une nouvelle polémique est née ce mardi après l'interpellation d'une infirmière en marge d'une manifestation de soignants, après des jets de projectiles sur des policiers. Une arrestation qui a entraîné une mobilisation afin de réclamer sa libération.

"Je crois que ce n'est pas anodin de jeter des projectiles contre les forces de l'ordre", a réagi à cet égard la députée La République en marche (LaREM) Auroré Bergé ce mercredi, invitée de BFMTV-RMC.

Bergé dénonce une vindicte populaire

Plus largement, la porte-parole du groupe LaREM à l'Assemblée nationale dénonce le fait que certains puissent "donner le sentiment que notre police serait une police raciste, serait une police violente. On ne peut pas accepter de laisser dire ce genre de choses, c'est faux. Nous avons des forces de l'ordre dans notre pays qui se lèvent chaque matin avec un seul objectif qui est de nous protéger".

"Qu'est-ce qu'il s'est passé pour qu'on considère qu'il est de bon ton aujourd'hui de dire qu'on déteste la police?" s'interroge également l'élue des Yvelines, dénonçant une forme de "bien-pensance" qui "désigne à la vindicte populaire des policiers".
Clarisse Martin