BFMTV

La France cherche à "revoir" le cas de Florence Cassez

La France a des doutes sur le caractère équitable du procès de Florence Cassez au Mexique et entend "revoir tout cela", selon un haut responsable du ministère des Affaires étrangères. /Photo d'archives/REUTERS

La France a des doutes sur le caractère équitable du procès de Florence Cassez au Mexique et entend "revoir tout cela", selon un haut responsable du ministère des Affaires étrangères. /Photo d'archives/REUTERS - -

PARIS - La France a des doutes sur le caractère équitable du procès de Florence Cassez au Mexique et entend "revoir tout cela", déclare un haut...

PARIS (Reuters) - La France a des doutes sur le caractère équitable du procès de Florence Cassez au Mexique et entend "revoir tout cela", déclare un haut responsable du ministère des Affaires étrangères.

La police mexicaine a reconnu que l'arrestation de la Française, condamnée par la suite à 60 ans de prison pour complicité d'enlèvement, avait été mise en scène.

"On ne peut être dans une logique de mise en scène et dans une logique de vérité en même temps. Nous pensons qu'il y a des doutes sur le caractère équitable de cette procédure. Il y a toutes les raisons de revoir cela", a dit sur TV5-Monde François Zimeray, ambassadeur du ministère des Affaires étrangères pour les droits de l'homme.

Paris veut "une solution conforme au droit, rapidement", a-t-il souligné. C'est des Mexicains "que nous attendons des efforts".

"Pour la diplomatie française, pour la France, pour Bernard Kouchner, cette affaire n'est pas close, sur le plan juridique et sur le plan politique", a-t-il prévenu.

Comme elle le clamait depuis cinq ans, l'arrestation de Florence Cassez n'a pas eu lieu le 9 décembre 2005 mais la veille, un élément qui n'est pas apparu lors de ses deux procès.

La Française a été condamnée en première instance à 96 ans de prison puis à 60 ans en appel.

"Il faut se battre pour que le droit prévale", a insisté François Zimeray. "On est à la recherche d'une solution avec les Mexicains parce qu'on ne peut pas faire sans".

Les proches de Florence Cassez ont exigé mardi sa libération immédiate et l'avocat de Florence Cassez a annoncé qu'il déposerait un recours en justice contre les auteurs du procès verbal datant l'arrestation au 9 décembre, qu'il a qualifié de "faux".

"Le dossier ne tient pas, la justice mexicaine doit maintenant aller au bout de la logique", a estimé Me Franck Berton.

Le président Nicolas Sarkozy avait tenté d'obtenir que Florence Cassez purge sa peine en France, lors d'une visite au Mexique en mars 2009.

Il a reçu à plusieurs reprises la famille de Florence Cassez. En février, il lui a téléphoné pour l'assurer qu'il continuait à suivre sa situation avec la plus grande attention.

Laure Bretton, édité par Yves Clarisse