BFMTV

L'Intérieur enquête sur les primes évoquées par Guéant

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy.

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy. - -

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a décidé l'ouverture d'une enquête administrative après les propos de son prédécesseur, Claude Guéant, affirmant avoir reçu des primes en liquide non imposées durant son mandat.

Le gouvernement réagi après la découverte de fonds suspects sur le compte principal de Claude Guéant. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a diligenté jeudi une enquête administrative sur les primes dont son prédécesseur explique avoir bénéficié quand il était place Beauvau pour expliquer plusieurs factures payées en liquide. Selon un communiqué, « des déclarations publiques jetant le doute sur le bon usage » des frais d'enquête et de surveillance, Manuel Valls a, « à la demande du Premier ministre, ordonné une enquête administrative » dont les résultats définitifs sont attendus d'ici « un mois ».

« Les responsables de l’époque doivent s’expliquer »

Interrogé sur la découverte en février lors de perquisitions le visant de factures payées en liquide, pour, selon lui, un montant de 20 à 25.000 euros, Claude Guéant a expliqué qu'elles avaient été payées par des primes, « non déclarées de toute éternité », « avec la tolérance des services fiscaux ». Il a également expliqué que le système avait perduré jusqu'en 2006, au-delà de la suppression en 2002 de ces primes de cabinet, via un système spécifique à l'Intérieur, évoquant des « frais de police ».
Dans son communiqué, l'Intérieur juge « qu'il appartient aux responsables (...) de l'époque de s'expliquer sur le fait que, selon certaines déclarations, cette réforme vertueuse et connue de tous n'aurait pas été appliquée à tous les membres du cabinet (...) après mai 2002 et que des primes en espèces auraient été attribuées ».

Philippe Gril avec AFP