BFMTV

L'improbable nuit sur Twitter du député Joachim Son-Forget

Joachim Son-Forget à l'Assemblée Nationale

Joachim Son-Forget à l'Assemblée Nationale - Jacques Demarthon - AFP

Entre moqueries et messages incendiaires à son propre parti politique, l'élu de 35 ans a publié plus d'une centaine de tweets en l'espace de quelques heures.

Dans l'œil du cyclone depuis plusieurs jours pour ses tweets sexistes envers la sénatrice Esther Benbassa, le député Joachim Son-Forget a probablement aggravé son cas dans la nuit de jeudi à vendredi, au cours de laquelle il s'est adonné à une série de messages pour le moins déroutants. 

Tout commence aux alentours de 22h, lorsque l'élu des Français établis hors de France a réagi, via un smiley que l'on peut considérer comme moqueur, à une vidéo postée par BFMTV où justement, Esther Benbassa se lamentait du comportement de ce dernier. 

Une réaction qui n'a pas manqué d'agacer plusieurs partisans de LaREM qui lui ont demandé de "calmer le jeu." Et la réponse de Son-forget est cinglante: "Hors de question. Eux attaquent dans l'anonymat et seront les premiers à baisser leur froc pour le dire franchement. Moi je rentre dans le tas si on m’agresse" a-t-il assuré.

Pas franchement préoccupé par les possibles sanctions qui pèsent sur lui, le député a également affirmé que la lettre d'avertissement qu'il a reçu de la part de son parti ira "au feu."

Troll et géopolitique

Jusqu'à tard dans la nuit, Joachim Son-Forget a ensuite répondu à plusieurs twittos et journalistes, raillant au passage les "trolls" et "collègues hypocrites déversant leur fiel" via un message accompagné d'une photo le présentant, une peluche de blaireau dans les bras. 

A une internaute qui souhaitait "aller dormir" mais avait peur de manquer une "vidéo de lui en slip en train de chanter gilets jaunes", le député a répondu par une vidéo de lui-même, arborant un...bonnet orange.

C'est aux alentours de 3h du matin que le franco-kosovar - il a obtenu la nationalité de la jeune république d'ex-Yougoslavie en 2018 - s'est risqué à la géopolitique.

Souhaitant "troller" un internaute d'origine serbe, il a exposé un montage sur lequel son visage a été apposé sur le corps d'un joueur suisse d'origine kosovare qui, durant la dernière Coupe du Monde de football avait, lors d'un match contre la Serbie, formé avec ses mains l'aigle bicéphale albanais, pays auquel une partie de la population de la jeune république des Balkans souhaite se rattacher. Un geste qui avait été considéré comme une provocation par la Serbie. 

La série s'est finalement terminée au petit matin, après que l'élu a fait mine de partir dormir. "Ouais bon ok j'ai pas dormi en fait" a-t-il dit quelques heures plus tard dans un ultime message, promesse d'une nouvelle journée agitée sur les réseaux sociaux.

Hugo Septier