BFMTV

L'équipe de campagne de Marine Le Pen se précise

-

- - -

On en sait un peu plus sur l'équipe de campagne de Marine Le Pen. Elle a dévoilé ce matin tous les membres de son "conseil stratégique", sans préciser l'objectif exact de cette entité encore mystérieuse. Une chose est sûre, les grands noms du parti d'extrême droite ne joueront pas tous un rôle opérationnel dans la campagne.

"L’Escale". C’est le nom choisi par Marine Le Pen pour son QG de campagne, situé dans la même rue que l’Elysée, rue Faubourg Saint-Honoré, dans le 8e arrondissement de Paris. On connaît désormais l'identité et le rôle de ses futurs occupants. À qui Marine Le Pen a accordé sa confiance pour ce voyage vers l'élection présidentielle de 2017?

Face à ses erreurs de 2012, la candidat d'extrême droite a décidé de séparer strictement la dimension politique de la l'organisation opérationnelle. Son équipe de campagne, présidée par David Rachline, est ainsi découpée en deux entités, un "conseil stratégique" et une équipe "logistique", divisée en plusieurs services distincts, à la manière d'une entreprise.

Le journal L’Opinion a donné quelques informations complémentaires sur ces fameuses "cellules" début novembre. Sébastien Chenu, ex-UMP, et Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen et ancien soutien de Bruno Mégret, s’occuperont de l’image de la campagne. Ils repenseront, entre autres, ses aspects créatifs (les tracts, la mise en scène et la musique des meetings). Jean-Lin Lacapelle, ami personnel de Marine Le Pen, autre homme fort du mouvement politique, se chargera de la "mobilisation militante". Secondé par Jean-Michel Dubois, Axel Loustau prendra en charge l’aspect financier.

Ce dernier a été mis en cause dans l’affaire du financement illégal de la campagne Front national de 2012. Le parti d'extrême droite appelle au respect de la présomption d'innocence. Le pôle "international" a été confié au jeune eurodéputé Ludovic de Danne et la communication numérique au jeune conseiller régional Aurélien Legrand. Eric Domard, plume bien connue du Front National, devrait également faire partie de cet open space. 

Conjointement, une vingtaine de personne constituent le dénommé "conseil stratégique". Dans son communiqué, Marine Le Pen n'a pas donné de précisions sur l'objectif exact de ce mystérieux comité. Des têtes biens connues des médias, comme Wallerand de Saint-Just ou Louis Aliot n'ont donc pas de rôle défini dans la campagne, mais pourront avoir une influence sur sa ligne politique. Marion Maréchal-Le Pen, quant à elle, doit rendre en décembre un travail sur les institutions quand Florian Philippot peaufine le futur programme de la candidate. 

L'entrée en campagne officielle est prévue le 5 février lors d'un grand meeting à Lyon.

Emeline Gaube