BFMTV

Juppé dit avoir porté plainte pour un faux tweet sur le ramadan

Alain Juppé lors d'une visite à Mainbervilliers, en Seine-et-Marne.

Alain Juppé lors d'une visite à Mainbervilliers, en Seine-et-Marne. - Martin Bureau - AFP

Alain Juppé a annoncé ce mardi sur son compte Twitter avoir porté plainte pour la "diffusion de l'image d'un faux tweet en son nom".

Ce mardi, sur son compte Twitter officiel, Alain Juppé écrit qu'il a "porté plainte après la diffusion de l'image d'un faux tweet en mon nom. Bien entendu, je ne suis pas l'auteur du tweet en question".

Le maire de Bordeaux fait allusion à la capture d'écran d'un message estampillé Alain Juppé, qui a circulé sur le réseau social et souhaitait "un très bon Ramadan à mes frères et soeurs en Islam. Que la paix d'Allah soit sur vous".

La blague d'un adolescent

Alors qu'Alain Juppé annonce porter plainte, la défense de l'auteur de la blague s'organise sur Twitter. Le jeune homme, Candide sur le réseau social, plaide la blague de bonne foi et déclare à Buzzfeed avoir voulu "s'amuser du cliché selon lequel Alain Juppé serait très islamophile selon l'extrême-droite".

Une blague qui ne fait pas rire l'entourage du maire de Bordeaux qui crie au piratage de son compte. Ainsi, Gilles Boyer, bras droit du candidat à la primaire, affirme que le jeune homme de 17 ans aurait pris le contrôle du compte Twitter officiel d'Alain Juppé pour poster son faux message, immédiatement moqué par Candide lui-même.

Alain Juppé en prend pour son grade

En réalité, l'adolescent n'a pas eu besoin de pirater le compte d'Alain Juppé pour créer ce faux message. Une simple modification apportée à une capture d'écran permet d'obtenir le même résultat, sans aucune action illicite d'aucune sorte, comme le montre l'exemple ci-dessous, de notre invention.

Alors vieux jeu Alain Juppé? C'est en tout cas le principal reproche qui lui est fait sur Twitter, où on l'accuse de donner des proportions immenses à une simple blague potache comme des centaines circulent chaque jour sur le réseau social. Certains s'étonnent aussi que le maire de Bordeaux puisse prendre comme une insulte le simple fait d'être assimilé à un Musulman.

A.M avec AFP