BFMTV

Jean-Marie Bigard vers une candidature à la présidentielle en 2022? "Ça pourrait m'intéresser"

Invité sur BFMTV, l'humoriste est revenu sur sa conversation téléphonique avec Emmanuel Macron.

Jean-Marie Bigard homme politique? L'humoriste, très critique envers le gouvernement, évoque ce mercredi sur BFMTV une éventuelle reconversion. Interrogé sur une possible candidature à la présidentielle 2022, il déclare qu'il pourrait être "tenté":

"Ça pourrait m'intéresser", admet-il. "Si je sentais l’utilité d’avoir quelqu’un de sincère qui représente réellement le peuple." Et à la condition de ne "faire partie d'aucun parti politique".

Jean-Marie Bigard intervenait à la suite de sa conversation téléphonique avec Emmanuel Macron. Après une vidéo publiée par l'humoriste le 9 mai dernier, dans laquelle il réclamait la réouverture des bars et critiquait violemment la manière dont le gouvernement a géré la crise du coronavirus, il a déclaré la semaine passée avoir reçu un appel du président de la République.

"Comme il a un peu de mal à s'adresser au peuple, il s'adresse à moi"

"La plupart du temps, toutes les phrases que j'ai dites, il les a approuvées", assure Jean-Marie Bigard. "Parce que ce sont des phrases du peuple. C’est ce que le peuple ressent. Comme il a un peu de mal à s'adresser directement au peuple, il s'adresse à moi."

Jean-Marie Bigard estime par ailleurs qu'Emmanuel Macron l'a appelé parce qu'il "représente un danger potentiel": "À partir du moment ou quelqu'un représente fortement la voix du peuple, ce qui est mon cas, on l’appelle."

La perspective d'une candidature populiste aux présidentielles de 2022 est bien l'une des inquiétudes de l'Élysée. En février, un macroniste historique, avait évoqué auprès de BFMTV "le risque" de "l'émergence d'un phénomène à la Coluche", en référence à l'éphémère mais populaire candidature de l'humoriste à la présidentielle de 1981.

Jean-Marie Bigard, lui, a déjà fait une incursion sur le terrain politique lors des municipales en mars: l'humoriste était présent en deuxième position sur la liste "Libérons Paris", soutenue par Marcel Campion, dans le 6ème arrondissement de la capitale. Mais cette première tentative électorale avait été boudée par les électeurs: la liste n'avait obtenu que 0,48% des suffrages.

"Ma voix, ma carrière, mes idées, passent à travers le peuple"

"Je dis simplement que je suis perclus de bonheur de voir que ma voix, ma carrière, mes idées, passent joyeusement à travers tout le peuple", estime cependant Jean-Marie Bigard ce mercredi. "C'est pour ça que je sens que les gilets jaunes me sollicitent. (…) Ils se disent 'Qui va prendre notre défense le mieux?'. Très souvent, c'est mon nom qui arrive. (…) En tant que citoyen français, qu’être humain, je me sens flatté par ça."

Et de laisser sa chance au président, qu'il estime "mal entouré": "Au fond, je suis quand même rassuré par une chose. Un mec qui serait complètement incompétent (...) ne s’amuserait pas à appeler un mec comme moi. S’il est capable d’appeler un mec comme moi, c’est qu’il est capable de tout. C’est qu'il est capable d’arranger les choses."

Benjamin Pierret