BFMTV

Jean-Christophe Cambadélis affirme que François Hollande lui a "dit oui pour la primaire de la gauche"

Jean-Christophe Cambadélis le 15 décembre 2015 à Paris.

Jean-Christophe Cambadélis le 15 décembre 2015 à Paris. - François Guillot - AFP

Alors que l'entourage du président de la République parle de s'épargner l'étape de la primaire, le premier secrétaire du Parti socialiste a infirmé cette hypothèse.

La tendance est de plus en plus lourde ces derniers jours. Poussé par ses soutiens, François Hollande songe à ne pas se présenter à la primaire de la gauche mais directement à la présidentielle. La primaire en question a été placée sous l’égide de "La Belle Alliance Populaire" dont le Parti socialiste est partie prenante. Il appartenait donc à son premier secrétaire d’éteindre l’incendie.

"Il y aura une primaire de la gauche"

Invité d’Europe 1 ce mardi, c’est ce à quoi s’est employé Jean-Christophe Cambadélis. Il s’est écrié au micro de Jean-Pierre Elkabbach: "J'affirme ce matin: il y aura une primaire de la gauche, personne ne me fera reculer là-dessus." Selon lui, ce ne sont pas les circonstances qui conduisent son camp à l’organisation d’une primaire mais les statuts de son parti: "A chaque élection il doit y avoir une primaire, on respecte les statuts du PS".

S’agissant de la possibilité de voir le président faire cavalier seul et snober le processus, Jean-Christophe Cambadélis l’a "exclue". Il affirme même que François Hollande lui a confié son assentiment à la primaire de la gauche: "Il n’a pas dit oui publiquement à la primaire mais il m’a dit oui." Jean-Christophe Cambadélis a toutefois ajouté que le président de la République "prenait son temps" pour annoncer sa candidature.

R.V.