BFMTV

Ils feront 2017: Karine Berger veut incarner une nouvelle voie au PS

Karine Berger, 43 ans, est députée PS des Hautes-Alpes depuis seulement quatre ans. Économiste de formation, elle a participé en 2012 à l'élaboration du programme économique de François Hollande. Ni légitimiste, ni frondeuse, elle se veut indépendante et compte bien incarner une troisième voie à gauche.

Députée PS depuis seulement quatre ans, Karine Berger a rapidement pris ses marques et ses distances avec l'exécutif. En 2012, elle a participé à l'élaboration du programme économique de François Hollande et a été l'un des émissaires auprès des détenteurs étrangers de la dette française durant la campagne. Malgré ce soutien, quatre ans plus tard, elle n'hésite pas à critiquer la politique du gouvernement et met en garde le président de la République.

"On ne peut pas avoir un 21 avril 2002 une deuxième fois. Ce ne sont pas les grands discours nationaux qui changent les états d'esprit mais la présence au plus près de gens notamment dans les campagnes qui peut changer la donne", explique-t-elle.

Son soutien au président n'est pas acquis. Avec son mouvement La Fabrique, elle a réclamé une primaire à gauche qui aura bien lieu à la fin de l'année 2016.

Un parcours sans faute

Issue des plus grandes écoles, Karine Berger incarne avant tout l'excellence. En 1993, elle entre à l'Ecole polytechnique de Paris dont elle sort diplômée en 1996. Elle rejoint ensuite le service de l'Etat, dans le corps des administrateurs de l'Insee. Diplômée de l'Institut politique de Paris elle décide toutefois de s'orienter vers l'économie. Sa carrière est un sans-faute et sera marquée par un passage au ministère de l'Economie et des Finances en 2000.

Elle adhère au Parti Socialiste la même année, c'est le début de sa carrière politique. Battue en 2007, elle est finalement élue députée des Hautes-Alpes, lors des élections législatives de 2012. Karine Berger participe la même année à l'élaboration du programme économique de François Hollande pour la présidentielle. Un CV bien fourni, à 43 ans seulement. Pour ses proches, Karine Berger a tout ce qu'il faut pour aller très loin.

"Elle fait partie de cette nouvelle génération qui sera aux responsabilités dans les années qui viennent. Elle fait partie de celles et ceux qui peuvent avoir ce destin présidentiel" ", assure Yann Galut, député PS du cher. 

Un fort tempérament

Début juillet, Karine Berger a attiré l'attention des médias. Après un énième recours du gouvernement à l'article 49.3 sur la loi Travail, la députée socialiste a tout simplement demandé la démission du Premier ministre, Manuel Valls. Malgré les critiques de certains députés du parti, Karine Berger affiche et assume clairement son désaccord sur plusieurs aspects de la politique du gouvernement et veut un nouveau débat au sein du PS.

"Est ce qu'on peut déjà s'interroger sur un certain nombre de choses sur lesquels on n'a pas été d'accord pendant le quinquennat comme la question du CICE, la politique économique et la déchéance de nationalité. On veut qu'il y est un nouveau débat au sein du parti", explique-t-elle. 

Le mouvement la Fabrique décidera à la rentrée si il proposera un candidat à la primaire socialiste en vue de l'élection présidentielle de 2017. Avec peut-être Karine Berger comme candidate.

H. B. S. avec Thomas Soulié