BFMTV

«Hollande un an après, quels changements ?»: le mariage pour tous

Les premiers mariages pourront être célébrés mi-juin, mais les couples devront trouver les élus qui acceptent de le faire.

Les premiers mariages pourront être célébrés mi-juin, mais les couples devront trouver les élus qui acceptent de le faire. - -

RMC termine sa série sur le bilan d’un an de présidence Hollande avec le mariage pour tous. Si le texte n’est pas retoqué par le Conseil constitutionnel, il s’agira d’une promesse tenue, qui pourra être appliquée dès juin. Des couples ont déjà commencé les préparatifs.

Fin de la semaine spéciale sur RMC consacrée au bilan de la première de présidence de François Hollande avec l’engagement 31 : ouvrir le droit au mariage aux couples de même sexe. Promesse tenue : après près de 137 heures de débat, le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe a été définitivement adopté mardi 23 avril à l'Assemblée nationale. Le président a donc tenu son engagement, mais à quel prix ?

Les premiers mariages mi-juin

Car si la bataille législative est gagnée, il faut encore que le Conseil Constitutionnel se prononce sur la validité de la loi. Les sages ont été saisis par les opposants au texte dans la foulée du vote, même s’il y a peu de chance qu'il soit censuré : en 2011, les magistrats avaient déjà rendu un avis positif sur le mariage entre personnes de même sexe.
Sauf coup de théâtre, le président de la République devrait donc promulguer la loi avant la fin du mois, et les premiers mariages homosexuels pourront être célébrés dès la mi-juin, si les maires appliquent le texte. Certains ont déjà annoncé qu'ils refuseraient de le faire et dans ces cas-là, les couples pourront s'adresser aux adjoints. Si aucun n'accepte, ils pourront toujours saisir le préfet ou le procureur de la République pour faire valoir leurs droits.

« On a la date, mais on ne la diffusera pas »

En couple depuis dix ans, Jean-Pierre et Anthony, habitants des Mathes, en Charente-Maritime, ont bien l’intention de profiter de cette loi. « On a la date officielle pour le mariage mais on ne la diffusera pas », précise Anthony, pas tout à fait serein : « Il y a six ans, j’ai été agressé, ce qui m’a couté six mois d’arrêt. J’avoue que ça me fait un peu peur ». Traiteur, photographe, DJ : ils ont déjà tout prévu, y compris l’élu qui célébrera le mariage, un adjoint, puisque le maire est opposé à la loi. « J’ai la réputation d’être un peu cool. Je suis élu municipal, je suis là pour faire appliquer des lois », explique cet adjoint, Jean-Louis Amsellem. Prochaine étape : avoir un enfant. Les deux hommes y pensent depuis six ans et vont entamer les démarches.

Mathias Chaillot avec Amélie Rosique