BFMTV

Hollande et Merkel affichent leurs convergences

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Ukraine, intervention au Mali, transition énergétique ou taxe sur les transactions financières, François Hollande et Angela Merkel ont mis en avant leurs points forts mercredi à l'Elysée. Sans faire d'annonce majeure.

La crise en Ukraine a profondément bousculé l'ordre du jour du 16e Conseil des ministres franco-allemand à l'issue duquel le président de la République François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel se sont exprimés sur l'ensemble des sujets débattus par leurs ministres respectifs.

> Ukraine: les auteurs seront "sanctionnés"

François Hollande et Angela Merkel ont d'abord "condamné" des "actes inqualifiables, inadmissibles", en Ukraine, assurant que les auteurs seraient "sanctionnés". "Cette question des sanctions, de leur graduation ou de leur ciblage, cette question-là sera posée" lors de la réunion jeudi des ministres européens des Affaires étrangères, a annoncé le président français.

François Hollande a fixé "trois objectifs": "un, faire cesser le plus rapidement possible les violences; deuxième objectif, définir des sanctions ciblées, spécifiques et graduelles pour peser sur le processus; troisièmement, ouvrir un dialogue politique en Ukraine et avec également tous les pays concernés par la question ukrainienne", autrement dit surtout la Russie.

Les violences en Ukraine entre manifestants de l'opposition et policiers ont fait au moins 25 morts à Kiev dans la nuit de mardi à mercredi.

> Une brigade franco-allemande au Mali

Des militaires de la Brigade franco-allemande (BFA) vont être envoyés au Mali, où la France est engagée depuis janvier 2013, ont annoncé François Holland et Angela Merkel. La BFA s'intégrera dans la mission européenne EUTM-Mali de formation des forces armées maliennes.

"Ce premier déploiement dans le cadre de l'UE et sur un théâtre africain incarnera leur engagement commun pour la stabilisation de la région", détaille un communiqué diffusé par le ministère français des Affaires étrangères.

Le nombre de militaires qui seront engagés au Mali et la date de leur arrivée n'a pas été précisé.

> Taxe sur les transactions financières

Les chef d'Etat ont affirmé leur volonté "d'aboutir avant les élections européennes" dans le dossier d'une taxe européenne sur les transactions financières.

La chancelière Angela Merkel a fait valoir qu'une telle taxe serait "un signal important", qui "montrerait que les acteurs financiers ont une responsabilité" économique et sociale.

Alors que plusieurs ONG espéraient un accord très concret, François Hollande a adopté un ton volontariste: "Si on cherche le produit parfait, j'en connais certains qui iront très loin dans le détail" pour rendre toute taxation inefficace. "Je préfère une taxe imparfaite à pas de taxe du tout", a-t-il affirmé.

"Ce n'est pas rien" de fixer l'échéance des élections européennes, a pour sa part dit Anegla Merkel. "Si les choses bougent, certains pays pourraient perdre leurs réticences", a-t-elle estimé.

> "Accord total" pour une transition énergétique ambitieuse

Paris et Berlin sont par ailleurs "en total accord" pour mener ensemble une transition énergétique ambitieuse. "Nous n'avons pas la même situation en France et en Allemagne. Nous n'avons pas fait nécessairement les mêmes choix depuis des années. Et pourtant nous sommes en total accord pour mener une transition énergétique avec ambition", ont conjointement assuré François Hollande et Angela Merkel.

Cette plateforme franco-allemande de partenariats industriels et technologiques s'appuiera sur des coopérations entre les agences de l'énergie française (ADEME) et allemande (Dena), dans quatre domaines clés: les réseaux, les énergies renouvelables, le stockage de l'électricité et l'efficacité énergétique.

> Bonus vidéo

Quand Hollande ne veut pas que les béquilles de Merkel gâchent la photo...

dossier :

Angela Merkel

La rédaction