BFMTV

Hirsch: Lampedusa lui "fait plus de choses" que Leonarda

-

- - -

Invité jeudi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, Martin Hirsch, président de l'Agence du service civique, qui vient de publier l'essai intitulé "Cela devient riche d'être pauvre".

Invité jeudi matin sur BFMTV à l'occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, Martin Hirsch a d'abord réagi à l'expulsion de Leonarda et de sa famille: "Tout le monde en parle sauf qu'on ne sait pas tout (...). En France, il y a quelque chose de formidable: on est dans un Etat de droit. Toute décision est soumise au contrôle des juges". L'ancien Haut commissaire aux solidarités actives de Nicolas Sarkozy suggère ainsi d'attendre les résultats de l'enquête sur les conditions de l'expulsion de la collégienne kosovare.

Pour Martin Hirsch, "il y a 3 endroits où il ne faut pas aller chercher les sans-papiers: les centres d'hébergement, l'hôpital et l'école (...). Certains peuvent en profiter un peu, mais on considère que c'est important pour la démocratie". Sur le ton de la confidence, le patron de l'Agence du service civique finit par glisser: "Vous savez quoi? Lampedusa, ça me fait plus de choses que l'histoire du Doubs [l'expulsion de Leonarda, NDLR]".

"Cela devient cher d'être pauvre"

Martin Hirsch estime que le gouvernement "peut faire mieux contre la pauvreté sans dépenser plus". Président de l'Agence du service civique, il vient de publier Cela devient cher d'être pauvre (Stock). Il mentionne ainsi l'exemple des abonnés au gaz, à l'électricité, au téléphone qui consomment très peu, de l'ordre de quelques euros, mais paient leur abonnement à 100%. Ainsi, démontre-t-il, le coût du kilowatt-heure est bien plus élevé pour les pauvres que pour une famille aisée qui amortit le prix de l'abonnement sur une consommation plus importante.

"Vous savez quel est le pire ennemi de la pauvreté?" interroge Martin Hirsch. "C'est le silence". Et d'insister sur l'importance du service civique, qui permet d'aller au contact et au secours des populations démunies. Le service civique, rappelle Martin Hirsch, s'adresse à tous les jeunes de 16 à 25 ans, qui touchent 570 euros par mois, et se consacrent à l'environnement ou au travail social pendant un an. "Ceux qui sont passés par le service civique disent 'les autres c'est une opportunité' (...)". Martin Hirsch appelle à "comprendre le monde dans lequel on vit et se demander comment on peut aider plutôt que comment on peut taper dessus".

Alexandre Le Mer