BFMTV

Hamon ne votera pas la motion de censure présentée par la droite

Benoît Hamon à l'Assemblée lors d'un débat le 4 mai 2016.

Benoît Hamon à l'Assemblée lors d'un débat le 4 mai 2016. - BERTRAND GUAY-AFP

L'ancien ministre de l'Education nationale intervenait sur France 2. Il réprouve l'utilisation du 49.3 mais hésite sur la conduite à suivre.

Invité ce matin, mercredi 11 mai, sur le plateau de France 2, Benoît Hamon n'a pas caché son opposition à la loi Travail. Mais le député socialiste élu dans les Yvelines et ancien membre du gouvernement, a rejeté l'idée d'associer son suffrage à la motion de censure présentée par l'opposition:

"Vous avez beau être en désaccord avec Manuel Valls, lui préférer Nicolas Sarkozy, ou un autre, qui propose de supprimer 600.000 ou 300.000 fonctionnaires tous les cinq ans, ça dépend des candidats de droite, de supprimer l'ISF et de porter la retraite à 65 ans...c'est un peu compliqué de préférer ce projet-là à celui du gouvernement."

"Le 49.3, un échec démocratique inimaginable il y a quelques mois"

S'il ne votera pas pour renverser le gouvernement avec l'opposition, pourrait-il participer à une motion de censure de gauche? Benoît Hamon est resté vague sur ce point, et s'est contenté de préciser qu'ils s'inscrirait dans une démarche collective. Par ailleurs, il voit dans l'utilisation de l'article 49.3 de la constitution pour faire adopter la loi Travail "un échec démocratique encore inimaginable il y a quelques mois". Il estime que c'est la Ve République qui "asphyxie la démocratie" et prône la fondation d'une VIe. 

R.V (avec AFP)