BFMTV

Grand débat national: à Clamart, chaque électeur recevra un cahier de doléances

La ville de Clamart n'organisera pas de grand débat dans sa commune. En revanche, elle enverra un cahier de doléances à chacun de ses électeurs pour leur permettre de s'exprimer.

C'est ce vendredi que commence en Ile-de-France le grand débat national voulu par Emmanuel Macron. Si Paris organise pour l'occasion une "Conférence de consensus", la capitale n'est pas la seule ville de la région à prendre part à l'initiative. 

À Clamart (Hauts-de-Seine), la municipalité n'organisera pas de grand débat en tant que tel. Néanmoins, la ville y participera à sa façon en invitant ses habitants à prendre la plume. En effet, les 35.000 électeurs de la commune recevront un cahier de doléances dans leur boîte aux lettres. Le document sera composé de quatre pages pour traiter des quatre grands thèmes qui doivent être abordés dans ce grand débat: le pouvoir d'achat, la fiscalité, la démocratie et les institutions. 

Permettre à "un maximum de monde de pouvoir s'exprimer"

Une méthode particulière voulue par le maire de la ville, Jean-Didier Berger, pour permettre aux électeurs de s'exprimer plus sereinement: 

"Par ce choix, nous permettons à un maximum de monde de pouvoir s’exprimer parce qu’on sait très bien qu’on ne trouvera pas à Clamart une salle où on peut réunir 35.000 électeurs. Et même si on arrivait à réunir tout ce monde sur une grande agora, matériellement parlant, c’est difficile de prendre plus de 40 à 50 questions. Et moi ce que je souhaitais, c’est que tout le monde puisse s’exprimer et pas simplement celles et ceux qui sont à l’aise avec le micro, celles et ceux qui sont politisés ou habitués de ce type de manifestation et c’est la façon la plus concrète qu’on a trouvée pour le mettre en place."

En plus des quatre grands thèmes du grand débat national, les habitants de Clamart pourront s'exprimer librement dans un cadre intitulé "expression libre" pour aborder les sujets qui leur tiennent à coeur. Le cahier de doléances sera envoyé à partir du 31 janvier. Les électeurs auront jusqu'au 28 février pour les remettre à la mairie, laquelle les transmettra ensuite aux organisateurs du grand débat national. 

12 heures d'échanges à Paris

À Paris, le grand débat prendra la forme d'une "Conférence de consensus" aux allures de marathon avec douze heures d'expression ouverte à tous à l'Hôtel de Ville ce vendredi.

Les échanges auront lieu dans l'Hémicycle du Conseil de Paris de midi à minuit avec six créneaux de deux heures chacun pour que chaque Parisien et Parisienne puisse témoigner et partager ses idées. Les places sont néanmoins limitées. Il est donc nécessaire de s'inscrire en ligne. À noter qu'un service de garde d'enfants sera également proposé à partir de 16 heures. 

D'autres débats se dérouleront en Ile-de-France ces deux prochains jours. Vendredi, des échanges sont prévus à 18 heures à Paris (7e, 10e, 11e et 13e arrondissements), à 19 heures à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), à 20 heures à Sartrouville (Yvelines), à 20h30 à Bures-sur-Yvette (Essonne). Samedi, un débat aura lieu toute la journée dans le 20e arrondissement de Paris. 

Anne-Laure Banse avec Paul Louis