BFMTV

Valls communiquera le nombre de voitures brûlées après le réveillon

Le ministre veut marquer une rupture avec ses prédécesseurs de droite, qui avaient arrêté de publier ces chiffres en 2010.

Le ministre veut marquer une rupture avec ses prédécesseurs de droite, qui avaient arrêté de publier ces chiffres en 2010. - -

Le ministre souhaite marquer ainsi une rupture avec ses prédécesseurs de droite, qui avaient arrêté de publier ces chiffres en 2010.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls communiquera le nombre d'interpellations et de voitures brûlées lors du Nouvel an, quelques jours après le réveillon, a indiqué jeudi le ministère, confirmant une information du Parisien.

"Outre le nombre d'interpellations, je donnerai aussi le chiffre des voitures brûlées deux jours ou trois jours après", a confié mercredi le ministre au quotidien, marquant ainsi une rupture avec ses prédécesseurs de droite qui avaient arrêté de publier ces chiffres en 2010.

Ne pas donner le sentiment "de cacher quelque chose"

S'il n'est pas question de "banaliser cette particularité française", Manuel Valls a ajouté qu'il ne voulait "pas donner le sentiment de cacher quelque chose".

La veille, lors d'un déplacement à la préfecture de Strasbourg, le ministre de l'Intérieur avait promis la mobilisation des pouvoirs publics pour "faire reculer" les violences urbaines et notamment les incendies de voitures lors du réveillon.

>> Lire aussi : Valls : "Je serai mobilisé le 31 décembre" contre les violences urbaines

Marquer sa rupture avec Brice Hortefeux

L'an dernier, le prédécesseur de Manuel Valls place Beauvau, Claude Guéant (UMP), s'était refusé à communiquer tout bilan chiffré concernant les voitures brûlées pendant la nuit du Nouvel An, afin d'"éviter toute surenchère ou compétition entre villes".

Après avoir livré seulement une tendance sur le nombre de voitures brûlées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre 2010, Brice Hortefeux, alors ministre de l'Intérieur, avait annoncé début 2011 qu'il n'y aurait plus de bilan de ce type de violences urbaines afin "de mettre fin au concours, au palmarès". Seul un bilan annuel du nombre de voitures brûlées était ensuite rendu public.