BFMTV
Gouvernement

Suspension de l'examen du pass vaccinal: Amélie de Montchalin dénonce une "manoeuvre navrante"

La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques égratigne particulièrement l'opposition LR, taxant ses députés de "duplicité".

L'exécutif va devoir réétudier le calendrier. Alors qu'il espérait une entrée en vigueur du pass vaccinal au 15 janvier, les députés des oppositions, notamment des Républicains (LR) et de La France insoumise (LFI) ont réussi lundi soir à faire suspendre l'examen du projet de loi par un vote à main levée.

"Ce qui s'est passé hier soir, c'est une manoeuvre navrante", a taclé ce mardi matin Amélie de Montchalin, invitée de BFMTV-RMC.

Le pass vaccinal sera-t-il appliqué le 15 janvier? "Il sera appliqué le plus tôt possible", a botté en touche la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. "Ce qui est certain, c'est que ce pass vaccinal va s'appliquer puisque la majorité a une majorité, c'est le principe du fait majoritaire", a-t-elle ajouté.

La droite "prête à toutes les outrances"

Sur notre antenne, Amélie de Montchalin a également pointé "le spectacle des députés de l'opposition qui ont joué une bonne pièce de théâtre, et sont allés se coucher tôt, là où les députés de la majorité étaient prêts à débattre.

La ministre de la fonction publique a particulièrement égratigné les députés LR, et à travers eux leur candidate à l'Elysée, Valérie Pécresse.

"Madame Pécresse, elle est candidate à la présidentielle. Avec un certain nombre de ses amis, elle fait le tour des plateaux télés ces derniers jours pour dire qu'elle est évidemment responsable, pour le pass vaccinal. Du coup se pose une question: soit elle n'est pas capable de tenir ses troupes (...), soit, et là c'est encore plus dangereux ça veut dire que ça s'appelle la duplicité", a-t-elle taclé, dénonçant une droite "prête à toutes les outrances, rassemblée au fond que sur une chose: vouloir le pouvoir".

Clarisse Martin Journaliste BFMTV