BFMTV

Montebourg se fait encore tacler sur le gaz de schiste

Le ministre du Redressement productif à l'Assemblée nationale mi- janvier.

Le ministre du Redressement productif à l'Assemblée nationale mi- janvier. - -

Alors que le ministre du Redressement productif désire promouvoir une technique "propre" pour extraire les hydrocarbures de schiste, les ministres Cécile Duflot et Philippe Martin montent au créneau pour défendre une autre transition énergétique. Il peut néanmoins compter sur le soutien de la navigatrice Maud Fontenoy.

Arnaud Montebourg s'était déjà fait recadrer par Jean-Marc Ayrault au sujet du gaz de schiste en juillet dernier. Cette fois, ce sont Cécile Duflot et Philippe Martin qui sont montés au front alors que le ministre du Redressement productif veut publier un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale "propre" d'exploitation des hydrocarbures de schiste après les municipales, selon le Canard Enchaîné. Elle consisterait à utiliser du "fluoropropane" comme alternative à la fracturation hydraulique, interdite en France.

"La question est de savoir ce qu'on fait. Et ce qu'on fait c'est ce qu'a dit le président de la République. C'est à dire qu'il n'y a pas d'exploitation, pas d'exploration de gaz de schiste. En même temps, je pense qu'il faut arrêter cette sorte de provoc' régulière", a lancé la ministre du Logement, Cécile Duflot, jeudi sur France Info.

Martin rappelle les positions de Montebourg en 2011

Mercredi, le ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Phillippe Martin rappelait la position du président de la République, François Hollande, et du gouvernement français contre l'exploitation du gaz de schiste. "Cette position vient de loin", a-t-il souligné. "Alors dans l'opposition, nous avions déposé une proposition de loi en juillet 2011, dont le premier signataire était Jean-Marc Ayrault et quatre ministres actuels figuraient parmi les premiers signataires", dont Arnaud Montebourg.

Philippe Martin a aussi répété qu'une exploitation du gaz de schiste était incompatible avec une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d'hydrocarbures à l'horizon 2030. Il a ensuite consacré son premier tweet à Arnaud Montebourg.

Année décisive pour la #transitionénergétique et #transitionécologique: Twitter, j'arrive! Hâte d'échanger aussi via DM avec @montebourg :)
— Philippe Martin (@_PhMartin_) 29 Janvier 2014

Les Français opposés au développement du gaz de schiste

La question du gaz de schiste ne passionne pas seulement les membres du gouvernement. Moins d'un quart des Français sont favorables au développement du gaz de schiste comme source d'énergie en France, selon un sondage publié mercredi.

Les énergies renouvelables caracolent de nouveau dans les souhaits des Français, avec 90% de soutien global et seulement 6% d'opposants à leur développement, selon le baromètre annuel Qualit'EnR-Ifop.

Maud Fontenoy appuie Montebourg

Si Arnaud Montebourg est isolé au sein du gouvernement, il peut compter sur le soutien de la navigatrice Maud Fontenoy. Membre du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et présidente d'une fondation en faveur de la préservation des océans, elle explique au Parisien en avoir "marre des positions sectaristes d'Europe Ecologie-Les Verts" sur le sujet.

Elle estime qu'en exploitant les gaz et pétrole de schiste, "nous pourrions créer des centaines de milliers d'emplois". Mais le potentiel en création d'emplois de l'exploitation des hydrocarbures de schiste est disputé. Des études préliminaires évoquent la création de dizaines de milliers d'emplois voire "au moins" 100.000 emplois en France selon une étude de Sia Conseil. Cependant ces projections sont contestées car elles reproduisent les conditions très optimales des Etats-Unis.

K. L avec AFP