BFMTV

Enfants de jihadistes: "Les orphelins de moins de 5 ans seront rapatriés, si les conditions le permettent"

Jean-Yves Le Drian sur BFMTV et RMC.

Jean-Yves Le Drian sur BFMTV et RMC. - BFMTV

Le ministre des Affaires étrangères était l'invité de BFMTV et RMC, ce vendredi matin.

D'autres enfants de jihadistes français seront-ils rapatriés de Syrie? Invité ce vendredi matin de Bourdin Direct, sur BFMTV et RMC, Jean-Yves Le Drian est revenu sur cette question, quelques jours après le rapatriement de cinq enfants français orphelins, trois garçons et deux filles, tous âgés de 5 ans et moins.

Les orphelins de moins de 5 ans pourront être rapatriés

"Aujourd'hui, nous sommes à la fin de Daesh territorial. Il y a dans la zone de combat, de Baghouz, beaucoup de réfugiés et beaucoup de combattants, mères, pères, enfants. Dans ces camps du nord-est syrien, les conditions sont épouvantables, il nous faut aujourd'hui prendre des initiatives humanitaires", a fait valoir le ministre des Affaires étrangères.

"Nous avons rapatrié cinq orphelins français. Il est possible qu'il y en ait d'autres, si les conditions le permettent ils seront rapatriés", a ensuite avancé Jean-Yves Le Drian, précisant ne "pas avoir le chiffre exact" du nombre d'enfants français présents en Syrie.

Le chef de la diplomatie française a toutefois précisé que seuls les orphelins de moins de 5 ans seraient rapatriés.

Un "cas par cas" pour les enfants avec leur mère 

"Pour les enfants qui sont avec leur mère, on regardera au cas par cas. Mais il ne faut pas se faire manipuler", a-il ajouté, soulignant que "les mères de ces enfants sont des militantes de Daesh, du jihadisme". "Quand elles sont arrivées en Syrie en 2015, ce n'était pas pour faire du tourisme." 

"Si d'aventure des cas individuels sont identifiés, on peut envisager des retours, mais je crains les manipulations sur ce sujet", a encore martelé le ministre. "On a pas à faire à des amateurs là-bas, on a à faire à des Français qui ont combattu la France. Il faut être extrêmement vigilant". 

Adrienne Sigel