BFMTV

Chants homophobes: Marlène Schiappa appelle à "ne pas stigmatiser tous les supporters"

Invitée de BFMTV, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes estime qu'on a "tendance à taper

Parole de "passionnée" de football. Invitée ce mercredi de BFMTV, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a été interrogée au sujet des chants à caractère homophobe entonnés lors de plusieurs rencontres sportives récentes. Réaffirmant son grand intérêt pour la discipline (elle est supportrice de l'Olympique de Marseille), elle a tenu à distinguer les cas problématiques de l'ensemble des supporters. 

"Ce que j'observe c'est que, souvent, on a tendance à taper sur le foot peut-être un peu facilement en faisant comme si tous les supporters étaient homophobes et, en gros, (...) comme si le foot était un sport de beauf, de gens homophobes, agressifs, sexistes, etc. Ça n'est pas le cas", a souligné Marlène Schiappa. 

"Il y a des minorités agressives"

Tout en condamnant les actes qui, ce mercredi, auront été au cœur des délibérations de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), la secrétaire d'État a affiché son soutien aux supporters.

"Il y a des minorités, comme partout dans la société, et les supporters sont un reflet de la société. Il y a des minorités agressives et insultantes, et (...) il ne faut rien laisser passer. (...) Je crois qu'il ne faut pas stigmatiser tous les supporters." 

Pour autant, Marlène Schiappa s'est dite en phase avec sa collègue du gouvernement Roxana Maracineanu, ministre des Sports. Celle-ci a notamment salué la décision de l'arbitre du match Nancy-Le Mans, Mehdi Mokhtari, de mettre fin à la rencontre à la suite de débordements homophobes. La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes avait déclaré mardi, sur France Info, qu'elle quitterait le stade Vélodrome si jamais "des chants homophobes" y étaient entonnés.

Jules Pecnard