BFMTV

Camp de Rivesaltes: Filippetti accusée de ne pas être à la hauteur par Bourquin

Christian Bourquin reproche à Aurélie Filippetti son manque d'intérêt pour le projet de mémorial au camp de Rivesaltes.

Christian Bourquin reproche à Aurélie Filippetti son manque d'intérêt pour le projet de mémorial au camp de Rivesaltes. - -

Le président de la région Languedoc-Roussillon PS reproche à la ministre de la Culture de ne pas s'intéresser au projet de construction d'un mémorial à Rivesaltes.

"La Ministre de la Culture n’a pas daigné consacrer plus de trois petites heures aux Catalans". Christian Bourquin, président de la région Languedoc-Roussillon et sénateur PS des Pyrénées-Orientales, n'a pas mâché ses mots dans un billet publié ce samedi sur son blog. Il reproche à Aurélie Filippetti son manque d'intérêt pour le projet de mémorial au camp de Rivesaltes.

Il est l'un des hommes forts du PS dans le Sud et il accuse Aurélie Filippetti de lâcheté et de ne pas être à la hauteur des intérêts de sa région. Il s'indigne que la ministre, en visite vendredi à Perpignan pour le festival de photojournalisme Visa pour l'image, n'ait pas fait le détour de quelques kilomètres par le camp de Rivesaltes.

La ministre "se mure dans un lâche silence"

Christian Bourquin voudrait voir l'Etat participer au projet qui lui tient à coeur de construire un mémorial à Rivesaltes. Mais la ministre "ne prête pas la moindre attention au camp de Rivesaltes et se mure dans un lâche silence" depuis plus d'un an et demi, affirme Christian Bourquin, en évoquant le "geste symbolique hors du commun" accompli par les présidents français et allemand à Oradour-sur-Glane.

Le camp de Rivesaltes avait accueilli des réfugiés espagnols après 1938, un centre régional de rassemblement des juifs entre 1939 et 1942, des suspects de collaboration au moment de l'épuration, des prisonniers allemands et, après l'indépendance algérienne en 1962, un camp de regroupement de harkis. Il est à cet égard unique au monde, pense Christian Bourquin.

"Des centaines d'hectares livrés aux broussailles"

Ce qui reste du camp, des centaines d'hectares livrés aux broussailles et quelques baraquements ruinés, a été menacé de destruction. Le projet d'y ériger un mémorial, formé à la fin des années 1990, est resté des années dans les cartons. Les travaux de construction ont enfin commencé en octobre 2012, sous maîtrise d'ouvrage de la région Languedoc-Roussillon.

Celle-ci et le département assument pour le moment les 23 millions d'euros de travaux. Ils voudraient que l'Etat participe au tour de table.