BFMTV

VIDEO - Européennes: des Femen au lancement de la campagne du FN

Une dizaine de Femen se sont réunies devant l'hôtel parisien où le FN lançait sa campagne pour les européennes.

Une dizaine de Femen se sont réunies devant l'hôtel parisien où le FN lançait sa campagne pour les européennes. - -

Les Femen se sont invitées mardi à la conférence de presse donnée par le Front national, à l'occasion du lancement de la campagne du FN pour les élections européennes.

Croix gammées et petites moustaches, les Femen n'ont pas lésiné sur les symboles. Mardi midi, elles se sont invitées à la conférence de presse donnée par le Front national à l'occasion du lancement de la campagne des élections européennes.

Torse nus, elles étaient une vingtaine à se réunir devant la Maison des centraliens, dans le 8e arrondissement de Paris, où avait lieu la conférence de presse. Sur leurs seins, un drapeau européen dont les étoiles forment une croix gammée. Accompagné d'un slogan: "Fascist epidemic". Des reporters de BFMTV, sur place pour la conférence de presse du FN, ont pu filmer en direct l'intervention des Femen.

Une "épidémie qui germe dans toute l'Europe"

De leur côté, les Femen ont expliqué leur action sur leur compte Twitter. "Une armée de 23 extrémistes venues de toute l'Europe a perturbé la conférence de presse du FN, dénonçant la coalition de tous les partis d’extrême droite européens qui ont comme objectif de contaminer quelques sièges de plus au Parlement", écrivent-elles.

Une armée de 23 sextrémistes venues de toute l'Europe a perturbé leur conférence de presse
— FEMEN France (@Femen_France) 22 Avril 2014
dénonçant la coalition de ts les partis d'extrême droite européens qui ont comme objectif de contaminer quelques sièges de plus au Parlement
— FEMEN France (@Femen_France) 22 Avril 2014
FEMEN commence ici sa campagne contre cette épidémie qui germe dans toute l'Europe.
— FEMEN France (@Femen_France) 22 Avril 2014

D'autres actions anti-FN dans le passé

Ce n'est pas la première fois que les Femen s'en prennent au Front national. En octobre 2013, elles avaient perturbé la visite de Marine Le Pen à Fougères, en Ille-et-Vilaine. Alors que la présidente du FN saluait la foule, une membre des Femen avait brutalement enlevé son manteau pour montrer le slogan peint sur sa poitrine: "Marine repens-toi".

A. K.