BFMTV

Un ancien du FN dénonce "un système de corruption généralisé" dans le parti

Gaël Nofri en novembre 2012

Gaël Nofri en novembre 2012 - Valery Hache - AFP

Gaël Nofri, un ancien conseiller de Marine Le Pen désormais en rupture, a dénoncé ce dimanche "un système de corruption généralisé au FN" au sujet du financement des campagnes de 2012.

Ce sont des propos qui ne risquent pas d'arranger les affaires du FN, actuellement visé par des soupçons d'emplois fictifs. Gaël Nofri, conseiller de Marine Le Pen pendant la présidentielle de 2012, a dénoncé ce dimanche "un système de corruption généralisé au FN" au sujet du financement des campagnes de 2012.

"En 2012, j'ai eu une rupture nette avec Marine Le Pen sur deux questions: un système de corruption généralisé que cette affaire avait révélé et l'alliance du FN avec les identitaires à Nice", a indiqué à l'AFP ce conseiller municipal niçois. Il est à présent dans la majorité du président LR de région, Christian Estrosi.

Il a ainsi confirmé un témoignage livré à Mediapart et Marianne au sujet de son emploi comme "conseiller aux services publics" pour la présidentielle de 2012, qui lui vaut d'être cité dans l'enquête qui a valu au FN son renvoi en correctionnelle.

Itinéraire d'une rupture

Le jeune homme rapporte avoir signé un contrat de campagne pour travailler avec Marine Le Pen en 2011.

"En 2012, on me dit: 'Il y a un problème, il faut passer sur un contrat avec le Parlement européen'. Je refuse", raconte celui qui a ensuite dirigé la campagne européenne de Jean-Marie Le Pen dans le Sud-est en 2014.

Gaël Nofri explique ensuite qu'en mai 2012, son contrat s'est arrêté. Au moment où il a voulu s'inscrire au chômage il s'aperçoit que "les cotisations n'ont pas été versées". Ce qui a donné lieu à une dispute avec Marine Le Pen.

"C'est là qu'on me dit que Nicolas Crochet (NDLR: expert-comptable du FN renvoyé lui aussi en correctionnelle) allait m'envoyer un contrat pour me régulariser. J'attends, je gueule tout l'été", poursuit-il. 

Le silence de Marine Le Pen et de Louis Aliot

En septembre, lorsque Nicolas Crochet lui donne le contrat, il voit "que ce n'est pas un contrat de campagne mais de conseil dans son cabinet d'expertise comptable".

"J'assume, je signe après cinq mois sans salaire ni chômage", indique-t-il, alors qu'il dit n'avoir "jamais mis les pieds" dans ce cabinet.

"J'interroge Marine Le Pen par SMS, Louis Aliot au téléphone, ils ne me répondent pas. A partir de ce moment-là, je suis en rupture totale avec Marine Le Pen", se souvient-il, racontant avoir rencontré les enquêteurs en septembre 2014 pour leur "apporter des éléments".

Dans cette affaire, le Front national est soupçonné d'avoir mis en place, via des kits de campagne fabriqués par Riwal, une escroquerie au préjudice de l'Etat, qui rembourse les frais de campagne, et ce par le biais notamment de surfacturations. Le parti, des dirigeants et des proches de la présidente du FN sont renvoyés en correctionnelle.

Marie-Caroline Meijer avec AFP