BFMTV

Pour Marine Le Pen, "l'outrance" de son père montre "qu'il n'y avait pas d'autre solution" que le suspendre

Père et fille continuent de s'invectiver par médias interposés. Marine Le Pen dénonce "l'outrance" et la "dérive" de son père.

Le psychodrame familial au Front national n'en finit plus de rebondir. Après la suspension de Jean-Marie Le Pen lundi soir par le bureau exécutif du parti, celui-ci a crié à la "félonie" et demandé à sa benjamine de lui "rendre son nom". "Cette outrance montre qu'il n'y avait pas d'autre solution" que le suspendre, a réagi Marine Le Pen mardi sur Europe 1.

Jean-Marie Le Pen a également recommandé à sa fille de se marier pour changer de nom, et a jugé que son éventuel succès en 2017 serait "scandaleux". "Violence" et "dérive", réagit Marine Le Pen. S'attendait-elle à une telle virulence? "Je crois que personne ne peut s'attendre à ça", répond-elle.

"Marine n'est pas censée ignorer la pratique de son père"

De son côté, Jean-Marie Le Pen à la sortie de son domicile a réagi une nouvelle fois: "j'exprime une opinion politique depuis 60 ans dans ce pays. Marine Le Pen n'est pas censée ignorer la psychologie et la pratique de son père".

Interrogé sur l'assemblée générale extraordinaire qui doit être convoquée pour statuer sur son sort, il répond que "cela prouve au moins une chose c'est que je reste président d'honneur. C'est ce qui gêne la petite mafia au pouvoir, le président d'honneur peut tout voir en principe. C'est la statue du commandeur et ce n'est pas très bien vu". Et il conclut: "c'est moi le commandeur".

A. K. avec AFP