BFMTV

Jean-Marie Le Pen suspendu provisoirement du Front national

Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national en 1972, a été "suspendu" lundi de son statut d'adhérent du parti, et une assemblée générale extraordinaire devra décider "dans les 3 mois" de la suppression de son statut de président d'honneur.

Après des heures de délibération la "majorité" des neuf membres du bureau exécutif du Front national ont tranché: Jean-Marie Le Pen a été suspendu provisoirement de son statut d'adhérent du FN. Mais ce n'est pas tout puisque selon le communiqué Marine Le Pen a décidé de convoquer, sous trois mois, un congrès extraordinaire de rénovation où sera notamment discuté lors d'une assemblée générale le titre de président d'honneur dont bénéficie le fondateur du mouvement depuis quatre ans.

Une suspension et une AG pour revoir les statuts du FN

"Respectueux de la démocratie interne, il a donc décidé la consultation des adhérents via une Assemblée générale extraordinaire (...) qui sera organisée dans un délai de trois mois. (...) Dans cette perspective, le bureau politique sera réuni afin d'élaborer et de proposer aux adhérents une rénovation plus complète des statuts du Front national. Un mouvement modernisé dans son fonctionnement, perfectionné dans son organisation pourra aborder les échéances électorales dans d'excellentes conditions et créer une dynamique majoritaire", assure le communiqué du parti frontiste.

Accentuant la rupture avec sa fille, Jean-Marie Le Pen avait déclaré à la mi-journée qu’il excluait tout retrait de la vie politique puisqu'il qu'il n'a "jamais parlé au nom du FN". Le fondateur du parti revendique sa liberté, il lui suffit dit-il, de "parler au nom de Jean-Marie Le Pen"

Marine Le Pen renforcée

Plus tôt ce lundi, le bureau politique avait pris ses distances avec Jean-Marie Le Pen un mois après l’interview du fondateur du parti au journal Rivarol et d'autres propos polémiques tenus sur BFMTV. Dans un communiqué officiel l'instance dit "désapprouver les propos tenus et réitérés par Jean-Marie Le Pen". Le bureau politique, qui comprend une quarantaine de cadres du parti, réaffirmait par ailleurs son "indéfectible attachement à la ligne politique" de Marine Le Pen.

La présidente du Front national souhaite désormais que son père ne puisse plus s’exprimer au nom du Front national après avoir dénoncé ce week-end l’attitude "méprisante" de son père qui était monté sur scène pendant son discours du 1er mai vendredi.

S.A.