BFMTV

Marine Le Pen sur les réfugiés: "nous ne sommes qu'au début de la catastrophe"

Marine Le Pen

Marine Le Pen - BFMTV

"Nous ne sommes qu'au début de la catastrophe car le réservoir (de réfugiés) est inépuisable" a affirmé Marine Le Pen jeudi sur BFMTV et RMC.

"Nous ne sommes qu'au début de la catastrophe car le réservoir est inépuisable" a expliqué Marine Le Pen jeudi sur BFMTV et RMC à propos des réfugiés qui viennent en Europe. Selon elle, "ces migrants ont entendu le signal d'ouverture de l'Union européenne." "Il faut lancer le signal que nous n'accueillerons pas les réfugiés, demande la présidente du Front national. Il faut couper toutes les pompes de l'immigration sinon nous serons submergés."

Et pour illustrer son propos Marine Le Pen prend l'exemple de la Hongrie. "Ce pays a été attaqué violemment par des migrants. Il ne faut pas croire que les migrants viendront de manière pacifique quand les frontières sont fermées". Quant au Premier ministre hongrois Viktor Orban qui a autorisé sa police et son armée à tirer sur la foule, elle estime qu'il est "le seul à mettre en oeuvre Schengen. Schengen demande à ce que les gouvernements des différents pays protègent les frontières extérieures de l'Union européenne. Il est le seul à le faire", a estimé la députée européenne.

Or, "la solution, c'est de fermer et contrôler nos frontières", affirme Marine Le Pen. Mais, "je suis d'accord pour augmenter l'aide européenne aux campements humanitaires en Syrie", a par contre dit Marine Le Pen conformément à une annonce de l'UE pour une aide d'un milliard d'euros aux pays du Proche-Orient.

S.A.