BFMTV

Le Pen veut remplacer les cités par des logements "traditionnels"

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a indiqué mardi son désir de raser les cités-HLM pour construire des logements "traditionnels" (photo d'illustration).

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a indiqué mardi son désir de raser les cités-HLM pour construire des logements "traditionnels" (photo d'illustration). - -

Mardi, la présidente du Front national a avancé une solution architecturale pour résoudre la crise des banlieues.

Marine Le Pen veut faire table rase des tours de béton. Mardi, la présidente du FN a proposé lors d'une conférence de presse à Rozay-en-Brie, en Seine-et-Marne, "d'organiser la destruction des cités" pour les remplacer par "un habitat de taille et d'esthétique traditionnelles". Une idée qui a fait bondir le président du conseil général de Seine-Saint-Denis.

Selon Marine Le Pen, le caractère traditionnel de ces nouveaux logements dépend de "la culture de la région". "Vous n'allez pas mettre une maison alsacienne en Bretagne, une maison bretonne en Provence et une maison provençale en Alsace", a-t-elle détaillé.

"Il y a des municipalités qui sont exigeantes, (...) qui déterminent en conseil municipal un cahier des charges qui permet de respecter (...) une unité esthétique dans les villes en fonction de l'architecture traditionnelle des régions françaises", a-t-elle poursuivi.

"Moins de culture architecturale" dans le 9-3

"En Seine-Saint-Denis, il y a moins de culture architecturale que dans d'autres régions", a cependant ajouté Marine Le Pen, en réponse à une question sur l'architecture traditionnelle de ce département qui concentre de nombreuses cités.

"Mais on peut déjà éviter (...) de [lui] une architecture traditionnelle de bétonnage." Le béton des années 60-70, pour elle, "c'est ça le problème".

"Un niveau rare de bêtise" pour le PS

Mais pour le président socialiste du conseil général de Seine-Saint-Denis, le problème c'est plutôt "les idées simplistes" de Marine Le Pen. Dans un communiqué, Stéphane Troussel se fend d'un droit de réponse: "Comme à son habitude, Madame Le Pen répond à des questions complexes par des idées simplistes".

"En proposant de détruire les cités pour les remplacer par un habitat traditionnel, on atteint un niveau rare de bêtise, d'incompétence et de violence", poursuit-il.

"Sans doute n'a-t-elle jamais entendu parler de Le Corbusier ou de Niemeyer. Peut-être pourrions-nous résoudre aussi la question énergétique en revenant au silex et au feu de bois", ajoute l'élu socialiste.