BFMTV

Jean-Marie Le Pen visé par "une procédure disciplinaire" ouverte par sa fille Marine

La présidente du Front national, Marine Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen - Martin Bureau - Pool - AFP

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a réagi ce jeudi à la polémique qui fait suite à l'interview de Jean-Marie Le Pen dans "Rivarol". Elle a annoncé la convocation de son père devant le bureau exécutif.

Marine Le Pen était ce jeudi l'invitée du journal de TF1. La présidente du Front national a annoncé la convocation de son père Jean-Marie Le Pen devant le bureau exécutif du parti dans le cadre d'une procédure disciplinaire après deux jours d'une violente querelle autour de l'entretien accordé à l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

S'appuyant sur les statuts de son parti, elle a déclaré: "J'ai décidé l'ouverture d'une procédure disciplinaire. Jean-Marie Le Pen sera convoqué devant le bureau exécutif siégeant en sa qualité de structure disciplinaire". Le bureau exécutif du FN, l'instance suprême du parti, comprend neuf membres, dont Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen, ainsi que les cinq vice-présidents, le trésorier et le secrétaire. Aucune date n'a été indiquée par Marine Le Pen.

"J'ai décidé de l'ouverture d'une procédure disciplinaire. @lepenjm sera convoqué devant le Bureau exécutif." #MLPTF1
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 9 Avril 2015

Condamnant "une surenchère de provocations" par des propos "en contradiction totale avec la pensée politique du front national" publiés dans un "ignoble torchon", Marine Le Pen s'est demandé "pourquoi est-ce qu'il s'acharne à affaiblir le Front national?".

"Il n'agit plus comme un dirigeant responsable"

"Nous autres dirigeants, nous n'avons pas plus de droits, nous avons plus de devoirs à l'égard de notre mouvement", a-t-elle expliqué, déplorant "une grande lassitude de la part des élus, candidats et militants" devant les "récidives" de Jean-Marie Le Pen. "J'ai l'impression qu'il n'agit plus comme un dirigeant responsable", a regretté la présidente du parti d'extrême-droite, ajoutant que si son père "a une grande expérience, il ne semble plus avoir la sagesse nécessaire. Nous sommes là face à une forme de dérive personnelle", a-telle analysé.

Réfutant les commentaires selon lesquels le FN pourrait bénéficier de l'évincement de son fondateur, Marine Le Pen a jugé au contraire que "lorsque le Front national va mal, quand il est blessé ou affaibli, c'est le pays qui est affaibli". "Si nous avions pu nous passer de cette crise, nous l'aurions fait avec grand plaisir", a-t-elle ajouté.

Le "chagrin" de Marine

Interrogée sur son rapport personnel avec Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen a admis ressentir "du chagrin comme fille et comme militante" mais "avant d'être fille et père, nous sommes des dirigeants politiques et nous avons de lourdes responsabilités" a ajouté la présidente du FN.

"J'aurais mauvaise conscience à étaler le trouble qui est le mien face à la situation que connaissent nos compatriotes." #MLPTF1
— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 9 Avril 2015

Alors que son père maintient le doute sur sa volonté de représenter le FN en Paca lors des régionales de décembre,Marine Le Pen s'en est tenue à ses premières déclarations: "le bureau politique du Front national va se réunir le 17, j'ai indiqué que je m'opposerai à cette candidature, le bureau politique votera".

A. D.