BFMTV

Grenoble: la municipalité veut interdire le meeting de Le Pen

Le député européen et président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen, ici lors de son discours du 1er-Mai à Paris.

Le député européen et président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen, ici lors de son discours du 1er-Mai à Paris. - -

Eric Piolle a notamment saisi le préfet de l’Isère pour lui faire part de ses "vives inquiétudes" et exprimé ses craintes "de troubles à l’ordre public".

Le nouveau maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, ne compte pas laisser Jean-Marie Le Pen tenir un meeting pour les européennes dans sa ville mercredi. Le premier édile, avec les élus de sa majorité ont publié un communiqué où ils assurent que la municipalité "n'a pas été tenue informée" de cette manifestation par l'exploitant de la salle, rapporte Le Dauphiné.

En conséquence, Eric Piolle, a saisi le préfet de l’Isère par courrier pour lui faire part de ses "vives inquiétudes quant au bon déroulement de cette réunion publique" et exprimé ses craintes "de troubles à l’ordre public".

Un rassemblement de groupes antifacistes est prévue peu avant le meeting à Grenoble. Il a été rejoint par des syndicats (CGT), des partis politiques (Parti de gauche, NPA), des organisations étudiantes et lycéennes (UNEF, UNL) et des mouvements divers (Iran Solidarité, Osez le Féminisme).

Le FN a "pris ses dispositions"

"Je tiens à rappeler au maire que ce n'est pas mon meeting qui menace l'ordre public", a rétorqué Jean-Marie Le Pen dans un communiqué. Le président d'honneur du FN enjoint aussi Eric Piolle "à contrôler ses amis [le rassemblement initié par les antifacistes] afin qu'ils ne portent pas atteinte au bon déroulement de notre manifestation".

"Nous avons pris nos dispositions pour la sécurité", a précisé au Figaro le directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen, Gaël Nofri. 

Samuel Auffray