BFMTV

Calais: pour Marine le Pen, la baisse des migrants est liée aux élections

Marine le Pen en déplacement

Marine le Pen en déplacement - Georges Gobet - AFP

Pour la présidente du Front national, candidate aux régionales en Nord-Pas-de-Calais/Picardie, l'Etat se serait "précipite" pour "tenter de vider" la "Jungle" de Calais dans un but purement électoral.

Elle ne crie pas "au complot". Mais presque. Marine Le Pen a lié ce jeudi la baisse du nombre de migrants à la "Jungle" de Calais à la proximité des élections régionales, pour lesquelles elle est donnée favorite en Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

"Si l'Etat s'est précipité pour vider ou tenter de vider le campement de Calais de 1.500 migrants, c'est précisément parce qu'il y a une élection qui arrive et que je suis donnée en tête des sondages", a dit la leader du parti d'extrême droite au micro de France Bleu Nord.

Après avoir atteint 6.000 début octobre, le nombre des migrants regroupés dans le camp de la lande (autre nom de la "Jungle"), est retombé à environ 4.500, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur lundi. 

"J'ai déjà beaucoup fait" 

"Sans être présidente de région, j'ai déjà beaucoup fait. Si on envoie des centaines de CRS et de policiers, c'est pour étouffer ce qui est en train de se passer à Calais", a-t-elle estimé. Après des heurts dans les nuits de dimanche à lundi et de lundi à mardi, qui ont fait une vingtaine de blessés très légers parmi les forces de l'ordre, les incidents ont été limités ces deux dernières nuits. 

Marine Le Pen a par ailleurs condamné l'action d'associations humanitaires dans la "Jungle". "L'immense majorité des associations qui interviennent sont pro-immigrationnistes et veulent des papiers pour tous! disons-le, ce sont des associations politiques", a dit Marine Le Pen, donnée gagnante en NPDC/Picardie dans les sondages pour l'élection des 6 et 13 décembre.

la rédaction avec AFP