BFMTV

Au Rassemblement national, des militants juifs protestent contre des candidats au passé "sulfureux"

Jean-Richard Sulzer et Marine Le Pen (photo d'illustration)

Jean-Richard Sulzer et Marine Le Pen (photo d'illustration) - KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Jean-Richard Sulzer, un ancien conseiller de Marine Le Pen, met en garde contre la présence aux élections régionales de candidats au passé douteux. Marine Le Pen s'est targuée d'avoir dédiabolisé son parti des accusations de racisme et d'antisémtisme.

Jean-Richard Sulzer, un ancien conseiller économique de Marine Le Pen qui anime au Rassemblement national un mouvement représentant les militants de confession juive, met en garde contre la présence, aux élections régionales et départementales, de candidats au passé "sulfureux".

"Jamais mes coreligionnaires, qui t'adorent par ailleurs, ne voteront pour eux: tu risques de retrouver des bulletins panachés", prévient dans un courriel à Marine Le Pen daté du 5 mai que l'AFP s'est procuré confirmant des informations du JDD Jean-Richard Sulzer, conseiller régional sortant dans les Hauts-de-France, qui se présente cette fois aux départementales dans les Hauts-de-Seine.

Jean-Richard Sulzer, membre du conseil national du RN (parlement du parti), a créé en 2019 le "Rassemblement national juif", renommé "Cercle national juif France-Israël" à la demande d'un avocat de Marine Le Pen.

Des "personnages mis très en avant malgré leur passé"

Il cite les noms de la tête de liste en Bretagne et patron des fédérations du parti Gilles Pennelle, ancien militant du groupuscule néopaïen racialiste Terre et Peuple, du conseiller régional sortant en Ile-de-France Axel Loustau, ancien militant du syndicat étudiant d'ultradroite GUD, ou encore de Jean-Richard Vardon, directeur de campagne de la tête de liste en Paca Thierry Mariani, ancien membre d'Unité radicale et des Identitaires. Jean-Richard Sulzer évoque aussi auprès de l'AFP Philippe Eymery, président du groupe RN dans les Hauts-de-France, proche des identitaires lillois.

"Il est clair que tous ces personnages, souvent adhérents de longue date, ont été mis très en avant malgré un passé un peu sulfureux (écrits, vidéos, tweets, posts, condamnations (...) ", ajoute Jean-Richard Sulzer dans son courriel à la cheffe du Rassemblement national.

Axel Loustau n'a finalement pas été investi candidat, selon le RN contacté lundi par l'AFP. Le parti assure que Jean-Richard Sulzer est le "seul" adhérent de son association qui comptait huit participants à sa dernière réunion selon l'intéressé. Jean-Richard Sulzer "ne parle que de lui et n'apporte aucun argument", ajoute le parti.

Le RN toujours dans une stratégie de dédiabolisation

Ces candidats "ne doivent plus être soutenus par le RN", a précisé ce lundi à l'AFP Jean-Richard Sulzer, qui confirme l'existence de ce mail et dénonce un "noyautage néfaste". Dans le Jerusalem Post début avril, il demandait "le retrait des néonazis des listes" à ces scrutins.

Jean-Richard Sulzer affirme avoir "vu progressivement la commission d'investiture évincer tous les gens qui étaient d'origine israélite" et "laissé d'authentiques antisémites monter en grade".

"Il y a même quelqu'un qui a eu le culot de nous dire: s'il y a des antisémites, vous n'avez qu'à quitter le RN", s'émeut l'ancien assistant parlementaire de l'ex-député Gilbert Collard, qui reproche à Marine Le Pen de "ne pas faire suffisamment attention" aux candidatures.

Marine Le Pen se targue d'avoir dédiabolisé le parti des accusations d'antisémitisme et de racisme depuis son arrivée à sa tête en 2011.

Interrogé sur le passé de Jean-Richard Vardon, Thierry Mariani a affirmé sur France Bleu que ce dernier avait "évolué". "Quand on est jeune, on a le droit d'avoir des idées fermes, affirmées. Je trouve ça plutôt plus sympathique que les gens qui s'abrutissent sur leurs tablettes à des jeux par moments sans vraiment d'intérêt", a-t-il ajouté.

S.B.M avec AFP