BFMTV

François Ruffin réclame un moratoire sur la 5G

Le député de La France Insoumise (LFI), François Ruffin, le 11 mars 2020 à Grenoble

Le député de La France Insoumise (LFI), François Ruffin, le 11 mars 2020 à Grenoble - JEFF PACHOUD © 2019 AFP

Il réclame d'abord un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire "sur les conséquences environnementales et sanitaires" de cette nouvelle génération de téléphonie mobile.

Le député de la France Insoumise François Ruffin a réclamé ce mercredi à Lyon un moratoire sur le déploiement de la 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile, en France.

"Qu'est ce qu'on demande ? C'est un moratoire, tant qu'il n'y a pas un rapport de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, ndlr) sur les conséquences environnementales et sanitaires et tant que cela n'a pas été un sujet débattu publiquement et tranché par les citoyens", a expliqué l'élu de la Somme lors d'une réunion publique.

Le député se veut en cohérence avec le rapport final de la Convention citoyenne pour le climat, qui proposait l'instauration d'un tel moratoire "en attendant les résultats de l'évaluation de la 5G sur la santé et le climat".

"Pourquoi une nouvelle technologie, maintenant?"

Alors que le gouvernement a confirmé le lancement des enchères pour attribuer les fréquences de la 5G fin septembre, François Ruffin considère que c'est une "contradiction" avec l'engagement d'Emmanuel Macron à respecter les voeux de la Convention citoyenne sur le climat.

"Je ne me positionne pas sur le fond. Je demande juste qu'avant que la technologie ne soit mise en oeuvre et qu'elle bouscule nos existences, on prenne le temps de se demander si c'est ça dont on a besoin et si c'est ça qu'on veut. Pourquoi une nouvelle technologie, maintenant? C'est à la démocratie d'en décider, aux gens d'en décider", a-t-il lancé.

Une technologie "indispensable" pour le gouvernement

Fin juillet, le secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O, avaint annoncé une grande discussion "apaisée" sur la 5G à la rentrée.

"Je recevrai l'ensemble des parties prenantes au débat à savoir les opérateurs, les associations, les collectivités territoriales et les industriels, pour continuer la discussion et expliquer pourquoi la 5G est utile mais surtout indispensable", avait-il affirmé.

Il insistait alors sur l'utilité de cette technologie "pour la télémédecine en ruralité, pour l'agriculture connectée, pour la transition énergétique ou encore pour le télétravail".

M.D. avec AFP