BFMTV

François Hollande entame à Calais une semaine aux allures de campagne

La président de la République, François Hollande se rend ce matin dans la "jungle" de Calais, le plus grand bidonville du pays. Un premier déplacement pour une semaine très chargée, aux faux-airs de campagne présidentielle, où ses prises de parole vont se multiplier.

C'est la première fois qu'il s'y rend. Mais avec quel habit: celui de candidat à sa propre réélection qui ne veut pas dire son nom, ou celui de président de la République? François Hollande, est, ce lundi matin dans "la Jungle" de Calais où près 10.000 migrants dont des milliers d'enfants vivent en attendant de transiter vers la terre promise Angleterre. Un camp que le président souhaite démanteler, comme il l'a réitéré ce week-end. 

"La France ce n'est pas une France où on trouvera des campements (...) Il ne peut pas y avoir en France de camps" a insisté le chef d'Etat.

Un déplacement en retard, dénonce François Baroin

Trop tard, lui reprochent certains détracteurs, comme François Baroin, invité ce dimanche de BFMTV: "Je ne trouve pas normal qu'un chef d'État en responsabilité, sur un sujet de cette nature, ne se soit pas déplacé plus tôt, je ne trouve pas normal que l'État ait autant tardé pour anticiper, parce qu'il a hésité dans sa politique", a fustigé le sénateur-maire Les Républicains de Troyes.

Avant de souligner que François Hollande s'y rendait "quelques jours après" Nicolas Sarkozy, qui est lui déjà bien en campagne en vue de 2017.

Des airs de campagne dans l'agenda du président

Si François Hollande doit encore officiellement annoncer ses intentions en vue de 2017, certains s'impatientent, comme la Ministre de la Santé. Marisol Touraine, lui a en effet demandé d'accélérer dans ses engagements dans la campagne présidentielle ce dimanche sur France 3. Un message non sous-entendu qui semble tomber à pic à sept mois de l'élection, et alors que le Président affiche cette semaine un emploi du temps de guerrier.

Ainsi, l'agenda présidentiel prend cette semaine des airs de campagne électorale. En sept jours, le président est attendu pour une dizaine déplacements. Ce lundi matin à Calais, mardi au musée du Louvres, mercredi à une cérémonie de réintégration dans les grades de réserve des mineurs grévistes: le chef de l'Etat sera partout. Fançois Hollande terminera à l'ouverture du Mondial de l'Automobile avant d'enchaîner avec le congrès de l'Union nationale des Centres communaux d'action sociale à Clermont-Ferrand. 

Beaucoup de discours au programme

Une semaine marathon qui n'a a priori rien de fou pour un chef d'Etat. En revanche, le nombre de prises de paroles et de discours, lui, est plus surprenant: près de 10 seraient au programme.

Par ailleurs, François Hollande était ce dimanche aux Invalides à Paris pour reconnaître "les responsabilités" de la France dans "l'abandon" des Harkis pendant la Guerre d'Algérie. Trop tard, ont déploré certains. Trop proche de 2017, et de l'élection présidentielle, ont jugé d'autres

Doit-on s'attendre à une candidature imminente? "Il va prendre de plus en plus la parole mais il attendra, comme prévu, début décembre pour se présenter" assure un conseiller de la présidence au Figaro.

Marine Henriot, avec AFP