BFMTV

Frais de bouche en Lot-et-Garonne : le parquet fait appel de la relaxe du bras droit d'Alain Juppé

Le tribunal d'Agen - Image d'illustration

Le tribunal d'Agen - Image d'illustration - Google StreetView

Le tribunal a estimé que Ludovic Martinez n'avait, au moment des faits, aucune autorité sur l'administration générale responsable de la procédure des marchés publics.

Relaxé ce mercredi par le tribunal correctionnel d'Agen dans une affaire de frais de bouche au Conseil départemental du Lot-et-Garonne, le directeur de cabinet du maire de Bordeaux Alain Juppé aura de nouveau rendez-vous devant le juge. En effet, le parquet a fait appel a indiqué samedi la procureure de la République de la ville. 

Les faits concernent l'attribution d'un marché de frais de bouche au Conseil général pour un montant estimé entre 200.000 et 300.000 euros, de 2005 à 2007, liée à un éventuel non respect de la procédure d'attribution de marchés publics. 

Le tribunal correctionnel d'Agen a jugé mercredi que Ludovic Martinez, ancien directeur de cabinet du président du conseil général de l'époque, n'avait aucune autorité sur l'administration générale responsable de la procédure des marchés publics.

Plainte déposée en 2010

Un an avec sursis et 10.000 euros d'amende avaient été requis contre Ludovic Martinez et huit mois avec sursis contre Valérie Girardi, responsable de l'entreprise de traiteur.

Directeur de cabinet d'Alain Juppé depuis 2008, ce dernier avait été mis en examen en avril 2014 dans le cadre d'une instruction ouverte à Agen pour "octroi d'un avantage injustifié par une personne dépositaire de l'autorité publique".

Mercredi, ce dernier s'était affirmé "très heureux de ce jugement qui rétablit la vérité".

L'instruction ouverte à Agen faisait suite à une plainte contre X déposée en 2010 par Pierre Camani, actuel président PS du Conseil départemental et ex-sénateur.

Hugo Septier avec AFP