BFMTV

Fabius sur RMC : « Tout indique que les otages français au Niger sont vivants »

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. - -

Ce mercredi, Jean-Jacques Bourdin recevait Laurent Fabius. Selon le ministre des Affaires étrangères, les otages français au Niger sont toujours en vie mais il a tenu a rester prudent. Le ministre a aussi commenté la situation en Turquie qu'il ne voit pas intégrer l'Union Européenne avant 10 ans ou 12 ans.

Ce mercredi matin sur RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin recevait le ministre des Affaires étrangères. Laurent Fabius est d'abord revenu sur les tensions qui existent entre la France et le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso. Ce dernier avait qualifié la France de réactionnaire après sa volonté de préserver l’audiovisuel des négociations sur l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et les Etats-Unis.
Le ministre a également commente la situation en Turquie où les tensions entre la rue et les dirigeants sont toujours fortes. Il a enfin apporté quelques informations sur les otages français au Niger qui, selon lui, sont toujours en vie.

Sur les otages au Niger

8h56 - Laurent Fabius : « Tout indique qu'ils sont vivants mais il y a beaucoup de travail à faire pour les récupérer. Je reste très prudent ».

Sur le Mali

8h55 - Laurent Fabius : « Les élections sont déjà prévues et c'est une bonne nouvelle. Rappelez-vous, il y a 6 mois, le Mali allait tomber aux mains des islamistes ».

Sur la Syrie

8h51 - Laurent Fabius : « Il y a eu une réunion pour essayer d'avancer. L'objet de la conférence de Genève c'est que la Syrie accepte les missions de l'ONU. Le problème, c'est qu'à la sortie, Poutine explique que si on lui demande des armes, il les livrera. Quant à nous, nous réfléchirons. Nous n'avons pas encore décidé. Pour le moment nous ne formons pas les rebelles. Nous y réfléchissons. Il faut rééquilibrer les choses ».

Sur la Turquie

8h50 - Laurent Fabius : « Je pense que l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne n'est pas pour aujourd'hui, pas avant 10-12 ans. Aujourd'hui, cela poserait problème. La situation en Turquie s'est dégardée car il y a plusieurs problèmes : la façon d'exercer le pouvoir notamment. Nous demandons le retour du dialogue ».

Sur la croissance

8h49 - Laurent Fabius : « Nous allons demander à l'Union européenne où sont passés les 120 milliards promis pour la croissance. Je demande le déblocage des 6 milliards d'euros pour l'emploi des jeunes ».

Sur le FN, éventuel premier parti de France aux élections européennes

8h45 - Laurent Fabius : « Tout est possible. Mais ce n'est pas souhaitable, le FN propose de sortir de l'euro et de revenir au franc. Il faut ramener un peu de raison sur les votes. La gauche doit s'améliorer et il y a du travail à faire ».

Sur les tensions avec José Manuel Barroso

8h43 - Laurent Fabius : « Il faut avoir un débat mais il ne faut pas d'attaques personnelles. Disons que la formulation d'Arnaud Montebourg aurait pu être un peu différente. Disons que je n'aurais pas formulé ainsi. Dire que c'est à cause de Barroso que les gens votent Front national, c'est sans doute un peu trop ».

Sur les recommandations de la Commission européenne

8h40 - Laurent Fabius : « Le Conseil européen se base sur ce qu'a dit la Commission. Je ne pense pas qu'il y aura de bagarre. L'orientation générale est légitime : sérieux et croissance. Mais la Commission ne doit pas rentrer dans tous les détails sinon le parlement français n'a plus de pouvoir ».

Sur Nelson Mandela

8h35 - Laurent Fabius : « Il est au seuil de la mort. J'ai eu la chance de le connaître. A l'époque nous avions mis en place un embargo sur le charbon. Nous avons participé à la fin de l'apartheid, il me l'avait dit. Nelson Mandela, pendant sa lutte, pensait déjà à la réconciliation. C'est un seigneur, un homme admirable. Quand il est venu la première fois à Paris, invité par François Mitterrand, quand il nous a raconté sa vie en prison, j'ai pris conscience que c'était un dur ».

Revivez la matinale de Bourdin & Co de ce 26 juin

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin